A la UneAfriqueAfriqueBanque MondialeFinances

Togo : Marie-Chantal Uwanyiligira, nouvelle directrice des opérations de la Banque mondiale

La Banque mondiale dispose d’une nouvelle directrice des opérations pour le Togo. La Rwandaise Marie-Chantal Uwanyiligira a officiellement pris fonction le 1er juillet dernier, en remplacement de Coralie Gevers, en poste depuis 2019.

La nouvelle responsable, qui sera également chargée de trois autres pays de la sous-région (Bénin, Côte d’Ivoire, Guinée), entame ce mercredi 19 juillet une visite de trois jours (jusqu’au vendredi) dans le pays. Au menu de son séjour, des rencontres avec les principales autorités, et des échanges sur le partenariat avec l’institution de Bretton Woods et les priorités de son mandat.

La visite sera également l’occasion de sceller l’accord de financement du programme d’assistance sociale transformatrice pour la résilience (ASTRE) annoncé il y a quelques semaines, et de constater les réalisations du projet WACA au Togo.

La Banque mondiale a approuvé le vendredi 23 juin 2023, un financement massif de 100 millions de dollars, provenant de l’Association internationale de développement (IDA). Le but ? Soutenir ASTRE (programme d’Assistance sociale transformatrice pour la résilience au Togo), l’initiative phare du pays en matière de protection sociale, et amorcer une transformation sociétale.

1,8 million de bénéficiaires de transferts monétaires

Premier du genre au Togo, ASTRE ouvre une voie nouvelle pour le gouvernement en visant des transferts monétaires à 100% au profit des populations extrêmement pauvres, représentant 1,8 million de personnes. Selon la Banque mondiale, le programme est également prêt à répondre aux chocs imprévus, en soutenant jusqu’à 250 000 ménages vulnérables face aux conflits, aux chocs climatiques et sanitaires. À l’horizon 2029, l’ambition d’ASTRE est de faire sortir 1,24 million de personnes de la pauvreté.

L’ère technologique au service de l’assistance sociale

Avec le programme, le gouvernement togolais ne se contente pas de suivre le rythme de l’évolution technologique, il s’est engagé résolument à exploiter les opportunités offertes par les données et la technologie pour améliorer l’efficacité de ses services.

ASTRE s’inscrit dans cette vision moderne, avec un système d’information sociale interopérable (SISI) en cours de déploiement. Il ne s’agit pas seulement d’un outil technologique, mais d’un véritable écosystème multifacette, défend l’institution de Bretton Woods.

D’une part, ASTRE veillera à ce que chaque individu au Togo soit doté d’une identification unique et inclusive, marquant un jalon important dans la politique sociale du gouvernement togolais. Par ailleurs, une campagne d’enregistrement à l’échelle nationale consistera à intégrer les ménages pauvres et vulnérables dans un registre social dynamique. Une plateforme de paiement multiprogrammes et multifournisseurs simplifiera le processus de transfert des aides, assurant une distribution efficiente, rapide et précise.

Enfin, l’initiative s’engage dans la création d’un laboratoire de données pour faciliter l’élaboration de politiques publiques basées sur des preuves tangibles.

Femmes au cœur du dispositif : bénéficiaires prioritaires

« Le programme vise à lisser la consommation des ménages, en diversifiant les moyens de subsistance et en offrant une voie pour accroître les revenus ainsi que la résilience au choc climatique », rapporte Christian Bodewig, responsable sectoriel pour la protection sociale et l’emploi à la Banque mondiale.

D’après l’institution dirigée par l’Américain Ajay Banga, le programme place l’inclusion financière numérique des femmes au cœur de son dispositif, une initiative pionnière dans la lutte contre la pauvreté. En s’appuyant sur les enseignements tirés du programme de transferts monétaires d’urgence Novissi et du Projet de filets sociaux financé par l’IDA, le gouvernement togolais veut faire des femmes, les bénéficiaires prioritaires des transferts au sein des ménages pauvres et vulnérables.

Pour rappel, avant sa nomination au Togo, Marie-Chantal Uwanyiligira a servi dans plusieurs pays du continent : Rwanda, Sénégal, Cap-Vert, Gambie, Guinée-Bissau, Mauritanie, et plus récemment, Madagascar.

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus