A la Une Agriculture Agro-industrie Routes Sénégal Transports

Ziguinchor -Transport de l’anacarde : Les opérateurs dénoncent les monopoles de Cosama

Le Collectif des opérateurs et opératrices économiques de la filière anacarde de la région de Ziguinchor, qui regroupe les producteurs-opérateurs, les transporteurs, les commerçants, les transformateurs et les travailleurs journaliers, dénonce le monopole du Cosama sur le transport maritime de la noix d’anacarde de Ziguinchor à Dakar. Face à cette situation, ces acteurs de la filière demande au chef de l’Etat d’accorder une dérogation à d’autres opérateurs, afin qu’ils puissent mobiliser des navires à containers pour sauver la campagne anacardière qui bat de l’aile.

La filière anacarde contribue à la politique de relance économique de la Casamance naturelle, impulsée par les autorités étatiques qui ont consenti d’immenses ressources, pour atténuer la souffrance des populations de la région éprouvées par quatre décennies de conflit. A preuve, indiquent les opérateurs, cette campagne de l’anacarde, qui vient de démarrer il y a de cela trois semaines, va battre certainement le record de l’année dernière dont la production avait dépassé les 80 mille tonnes pour une masse financière de plus de 54 milliards de francs Cfa. Cette année, ce collectif estime la production d’anacarde à plus de 90 mille tonnes pour 60 milliards de francs Cfa investis par les opérateurs nationaux et internationaux dans les mois que dure le temps de la campagne. Une projection reluisante qui risque tout de même, d’être plombée, de l’avis du porte-parole du collectif, Mame Birame Ndiaye, par certaines structures comme le Cosama qui a imposé, selon lui, un monomode de facto dans le transport maritime, aidé en cela par l’exécutif régional et l’Administration, ce qui constitue, à ses yeux, une infraction en la matière. «Le Cosama a affirmé au Crd du 3 mai 2022 qu’il n’a pas de bateau à containers  et oppose souvent un niet catégorique à toutes les demandes formulées par des opérateurs capables de trouver un navire à containers pour effectuer le travail, prétextant qu’il faut impérativement un navire battant pavillon Sénégal», a-t-il fait savoir.

Le chef de l’Etat invité à casser ce monopole
Pour le porte-parole du collectif et président régional de l’Unacois Jappo, l’interdiction qui frappe aujourd’hui le transport de la noix par voie terrestre de Ziguinchor à Dakar est injuste et injustifiée, parce qu’elle n’est ni une loi, ni un décret encore moins un arrêté. Mame Birame Ndiaye, pour qui c’est le Gouverneur qui donne souvent des instructions à la douane, la gendarmerie et la police d’arrêter ces camions qui veulent s’adonner à ce transport, ce qui n’a aucun, dit-il, fondement juridique ni administratif légal. «Désormais, tout camion qui sera arrêté par ces Forces de l’ordre sur la base de cette inique interdiction, maintenue illégalement par le Gouverneur, sera constaté par un huissier et l’auteur sera traduit en Justice», prévient-il. Et de préciser que les transporteurs ont contacté des crédits dans les banques pour se payer des camions, ont leur agrément et leur licence au même titre que le Cosama. «Nous ne comprenons pas pourquoi vouloir pérenniser cette interdiction, si l’on sait que l’exportation de la noix à partir de la Gambie qui avait motivé cette interdiction, jadis patriotique et salutaire, est devenue une vieille histoire», se désole-t-il. A son avis, ces avocats encagoulés du Cosama et leurs acolytes parlent d’exportation de la noix d’anacarde par voix terrestre, juste pour brouiller la conscience de l’opinion nationale, mais aussi tromper le président de la République Macky Sall. Et Mame Birame Ndiaye de s’insurger contre ces affirmations mensongères et fallacieuses, parce qu’il ne s’agit nullement d’exportation de la noix par voix terrestre mais, selon lui, un transport intérieur normal, légal et autorisé comme ce fut le cas dans les régions de Sédhiou et de Kolda.
Et à en croire Mame Birame Ndiaye, l’hivernage qui s’installe va impacter négativement la qualité du produit, par conséquent poussera les producteurs à brader leur récolte  et constituera un manque à gagner considérable pour ces couches vulnérables.
Et le Collectif des opérateurs de la filière anacarde demande au chef de l’Etat de donner des instructions au gouvernement, afin que cette interdiction illégale qui frappe le transport terrestre pour l’acheminement des noix d’anacarde de Ziguinchor à Dakar soit levée. Il invite en outre, le Président Sall à accorder une dérogation aux autres opérateurs pour qu’ils puissent amener des navires à containers pour sauver la campagne, si l’on sait que le Cosama a failli, dit-il, à sa mission.
LEQUOTIDIEN

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus