A la UneAfriqueCroissanceÉconomieFMIMining, Oil & GasUEMOA

UEMOA : une croissance attendue à 6,8% en 2024-2025 grâce aux nouvelles productions d’hydrocarbures (FMI)

Agence Ecofin – Selon le FMI, l’UEMOA a fait preuve de résilience face aux chocs endogènes et exogènes auxquels elle est confrontée, avec une croissance estimée à 5,1% en 2023. Pour la période 2024-2025, elle devrait se situer à 6,8% en moyenne, grâce au secteur des hydrocarbures.

La croissance économique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) devrait atteindre en moyenne 6,8% en 2024-2025, pour se situer à 6% à long terme. C’est ce qu’a indiqué le Fonds monétaire international (FMI) à l’issue des discussions annuelles sur les politiques communes des pays membres de l’Union.

Dans un communiqué publié le mardi 19 mars 2024, le Fonds explique cette tendance par « le démarrage de nouvelles productions d’hydrocarbures ». En effet, plusieurs pays membres de l’Union, notamment le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Niger, ont annoncé le début de l’exploitation de gisements de gaz naturel et d’un pipeline pétrolier.

Parallèlement, le FMI a signalé une prévision de consolidation fiscale visant à ramener le déficit à 3 % du PIB dans la majorité des pays membres, d’ici 2025. « L’achèvement de ces projets d’hydrocarbures, conjugué à l’assainissement budgétaire, entraînerait une réduction rapide du déficit de la balance courante et contribuerait à une reconstitution progressive des réserves extérieures », a précisé le communiqué.

Ces projections interviennent dans un contexte où l’activité économique de l’Union a affiché une tendance positive portée par une demande intérieure solide et la persistance des investissements publics, à fin novembre 2023, selon la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). La production industrielle a augmenté de 4% en glissement annuel, avec des hausses « notables » du chiffre d’affaires du commerce de détail, ainsi que des prestations de services marchands et financiers.

Bien qu’elle soit dans la fourchette cible de la Banque, l’inflation globale de la zone reste toutefois en hausse. Elle a atteint un taux de 2,7% en janvier 2024 contre 2,5% en décembre 2023, tiré principalement par la hausse des prix des produits alimentaires, du logement et du transport. En réponse à cette situation, le Comité de politique monétaire a relevé le taux directeur principal à 3,5% en décembre 2023.

Malgré les perspectives encourageantes du FMI, les crises sécuritaires et politiques persistantes dans la région continuent de présenter des risques pour l’UEMOA. Ainsi, l’institution a souligné la nécessité pour la région d’adopter des politiques économiques prudentes afin de garantir la stabilité macroéconomique. Cela inclut un resserrement monétaire pour reconstruire les réserves extérieures, ainsi que l’élaboration et l’adoption d’un plan à moyen terme pour gérer les risques du système financier.

En mettant en avant la résilience de l’UEMOA face aux multiples chocs économiques, le FMI a estimé la croissance économique de la zone à 5,1 % en 2023

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus