A la Une Infrastructures Sénégal

Travaux du TER et enclavement du marché Thiaroye : Les commerçants réclament des solutions

Pour régler la question de l’enclavement, goulot d’étranglement qui freine leurs activités économiques, les commerçants de Thiaroye-Gare réclament du chef de l’État des solutions dont l’installation d’une passerelle à l’emplacement de la gare de la localité.

Les travaux du Train express régional (TER) ont eu pour conséquences, entre autres, la fermeture de la porte d’entrée principale du marché de Thiaroye. Pour y accéder, les populations qui venaient s’approvisionner dans le marché sont contraintes de faire un grand détour et passer soit par le pont de l’intersection de la route de Yeumbeul ou celui qui fait face au centre Jacques Chirac. Entre faire de longues distances périlleuses pour accéder au marché et s’approvisionner ailleurs, les clients ont fini par opter pour la seconde solution.

Naturellement, cela a des répercussions négatives sur leurs activités commerciales. Avant-hier, les commerçants ont tenu un point de presse pour alerter. Selon leur porte-parole, les clients se font rares et le manque à gagner est énorme. D’après Mouhamed Dieng, il n’est pas besoin d’être un expert pour savoir que les conséquences économiques de cette situation ont pour corollaire un drame social qui les guette. ‘’Si aucune solution n’est trouvée aux difficultés auxquelles nous faisons face, des ménages battront de l’aile, des enfants ne pourront plus aller à l’école. Certains d’entre nous seront chassés de leur domicile pour défaut de paiement de loyer’’.

‘’A l’annonce de l’installation d’une passerelle à même de combler le vide que la fermeture de la porte vitale d’accès au marché a laissé, l’espoir était revenu. Toutefois, grande a été notre déception de constater que la passerelle sera installée à un emplacement éloigné du lieu où elle était censée être aménagée pour la que vaillante population de Thiaroye-Gare s’affranchisse des désagréments dont elle se serait bien passée. Est-il besoin de rappeler qu’à l’image de celles de Dakar et de Thiès, la gare de Thiaroye a une dimension historique symbolique très marquée, pour avoir été le point d’escale de plusieurs érudits comme Serigne Babacar Sy, Serigne Fallou Mbacké, Mame Seydina Issa Laye, pour ne citer que ces derniers. Il s’y ajoute qu’il a une dimension internationale qui lui a été imprimée par la présence de ressortissants des pays de la sous-région venus écouler leurs marchandises ou exercer des métiers connexes’’ soutient-il.

A ses yeux, fermer la porte par laquelle on y accède a fini de faire des populations de Thiaroye des otages dans leur propre localité. En effet, indépendamment des considérations économiques, la fermeture de la porte d’entrée a porté un sacré coup à la mobilité des populations. A moins de faire un véritable parcours du combattant, avec tout ce que cela comporte comme désagréments et risques, notamment pour les personnes âgées comme les imams, poursuit-il, les habitants du quartier Layènes qui fait face au camp peinent à accéder à la grande mosquée de Thiaroye, en vue d’effectuer la prière du vendredi, mais aussi à la principale route Tally Diallo à partir de laquelle elles prennent des véhicules pour vaquer à leurs occupations. Les populations des quartiers qui longent la voie ferrée ne sont pas mieux loties.

‘’Pour pouvoir accéder dans le camp qui abrite les infrastructures sociales de base comme l’hôpital de Pikine, les écoles primaires, le lycée de Thiaroye, elles sont contraintes de faire un véritable chemin de croix. Les récentes restrictions d’accès au camp qui ne se justifient nullement, n’ont fait qu’accentuer les frustrations et les peines accumulées, depuis plusieurs années, par les populations pour cause d’une injustice sociale sans précédent. Depuis des lustres, la route départementale 103 est dans un état de dégradation avancée. On est bien loin de la période où elle jouait le double rôle de voie de contournement de la route Tally Diallo congestionnée, singulièrement aux heures de pointe, mais également voie d’accès aussi bien pour les gros-porteurs de marchandises des commerçants grossistes que pour les habitants de la proche banlieue dakaroise qui l’empruntaient, les weekends, pour venir s’approvisionner en légumes’’, dénonce le porte-parole.

Résultat des courses, soulignent le commerçant : Thiaroye-Gare est devenue exsangue et livrée à son propre sort, au moment où des localités qu’elle a vu naitre comme Jiddah Thiaroye-Kao et Yeumbeul tendent vers l’émergence. ‘’En période d’hivernage, le mal qui le ronge ayant fini de se généraliser dans tout Thiaroye, s’exacerbe. Au regard de ce qui précède et des dilatoires, des faux espoirs et des promesses fantaisistes des autorités administratives et municipales, les commerçants du marché de Thiaroye-Gare en appellent au sens des responsabilités et de l’altruisme du président Macky Sall, pour l’installation d’une passerelle au niveau de l’emplacement de la gare de Thiaroye et la réfection de la route départementale 103’’, demande le porte-parole.

(ENQUETE)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus