A la Une Afrique Commerce Routes Transports

Transport : L’Afrique du Sud détruit les véhicules de seconde main entrés illégalement dans le pays

En Afrique du Sud, 256 véhicules de seconde main ont été saisis au cours de cette année et 57 ont déjà été écrasés depuis novembre. L’usage des véhicules d’occasion est interdit dans le pays, à quelques exceptions près. La mesure vise à protéger l’industrie automobile locale.

L’Afrique du Sud est en guerre contre les véhicules d’occasion en exploitation illégale. Dans un communiqué publié par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Concurrence (DTIC), mardi 8 décembre, Sidwell Medupe le porte-parole du département a déclaré que les véhicules de seconde main introduits illégalement dans le pays seront écrasés dans le cadre d’une action conjointe du groupe de travail gouvernemental contre les activités illégales.

« Cela envoie un message fort selon lequel les activités illégales ne sont pas tolérées par le gouvernement », a déclaré Medupe, indiquant que cette décision était cohérente avec la politique gouvernementale qui a consacré le 9 décembre comme journée nationale anticorruption.

Depuis la première semaine de novembre, 57 véhicules ont déjà été écrasés. « Ces véhicules constituent également une menace pour la sécurité lorsqu’ils sont utilisés en Afrique du Sud, car ils ne sont pas fabriqués pour l’environnement local et ne passent pas par des processus de sécurité appropriés tels que des tests de contrôle technique », a déclaré le porte-parole.

A travers ces actions coup de poing, l’Afrique du Sud entend surtout protéger son industrie automobile locale qui contribue pour 7% au PIB du pays. « L’importation de véhicules d’occasion  en Afrique du Sud est principalement autorisée à des fins de revente à des pays étrangers, à quelques exceptions près », a déclaré Medupe ajoutant que les voitures de collection entraient dans la catégorie des exemptions.

Ecofin

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus