A la Une Pétrole Production Sénégal

Sophie Gladima : “Il n’y a aucun retard dans les projets pétroliers du Sénégal”

La ministre du Pétrole et des Energies, Sophie Gladima, a précisé, jeudi, à Dakar, qu’il n’y a aucun retard dans l’exécution des projets pétroliers du Sénégal, et que le pays produira son premier baril de pétrole en 2023, comme l’Etat l’a prévu.

“La date retenue, à savoir l’année 2023 pour la livraison du premier baril de pétrole, n’a pas changé parce qu’il n’y a (…) aucun retard dans les projets pétroliers du Sénégal”, a soutenu Mme Gladima lors de la dernière édition des conférences de presse mensuelles dénommées “Le gouvernement face à la presse”.

“Le taux d’exécution du projet Sangomar est de 55 %, tandis que celui du gisement de gaz naturel de Grand Tortue-Ahmeyin est de 80 %”, a-t-elle dit, laissant entendre qu’il n’existe pas de retard en ce qui concerne l’exploitation de ces gisements.

Sophie Gladima donnait ces assurances en présence du ministre, porte-parole du gouvernement, Oumar Guèye, et de leur collègue chargé des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye.

“Tout ce que nous avons prévu avec le projet Sangomar est maintenu, de même que pour le GTA (Grand Tortue-Ahmeyin)”, a-t-elle insisté, ajoutant que “le projet Yakaar Teranga est également en phase de bouclage”.

Même la pandémie de Covid-19 n’a pas influé sur l’exécution des projets pétroliers du Sénégal, a souligné Sophie Gladima.

Après la découverte de ses gisements de pétrole en 2014, le Sénégal avait prévu, dans un premier temps, de produire son premier baril de pétrole en 2022, à partir du bloc pétrolier offshore de Sangomar. Mais en 2019, le délai a été fixé de nouveau à l’année 2023.

En 2020, le Sénégal et la Mauritanie ont signé un contrat d’achat-vente pour produire du gaz en 2023, à partir du projet Grand Tortue-Ahmeyim.

Les réserves de ce champ gazier sont estimées à 1.400 milliards de mètres cubes, ce qui fait du projet GTA l’un des plus importants en cours de réalisation en Afrique.

Les gouvernements mauritanien et sénégalais ont signé, en février 2018, un accord en vue de la mise en œuvre de ce projet d’exploitation gazière.

Les parts du champ dit Tortue, découvert au large de la Mauritanie, en 2015, sont détenues par British Petroleum (62 %), Kosmos Energy (28 %) et la Société mauritanienne des hydrocarbures et de patrimoine minier (10 %).

Le champ d’Ahmeyim, situé au large du Sénégal, dans le bloc Saint-Louis Offshore Profond, est détenu par British Petroleum (60 %), Kosmos Energy (30 %) et la compagnie pétrolière nationale sénégalaise, Petrosen (10 %).

(APS)

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus