A la UneAfriqueAfriqueFinancementFinancesInternationale

Sierra Leone : constat et recommandations du FMI après les 6ième et 7ième revues de l’accord sur la facilité élargie de crédit

Le Conseil d’administration du FMI a achevé les sixième et septième revues au titre de l’accord de facilité élargie de crédit pour la Sierra Leone, qui permet un décaissement immédiat d’environ 20,7 millions de dollars.

  • Les défis économiques de la Sierra Leone se sont intensifiés. L’inflation a continué d’augmenter; la monnaie s’est fortement dépréciée ; et les risques liés à la dette ont augmenté.
  • Les autorités ont demandé une prolongation du programme jusqu’en novembre 2023 pour continuer à s’appuyer sur les récentes réformes et atteindre les objectifs du programme.
  • Renforcer la résilience et jeter les bases d’une croissance plus forte en consolidant les finances publiques et en remédiant aux vulnérabilités de la dette, tout en soutenant les plus vulnérables, reste la clé du succès du programme.

: Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé les sixième et septième revues de l’accord de facilité élargie de crédit (FEC) de la Sierra Leone et a approuvé la demande des autorités pour un rephasage et une prolongation de l’accord FEC de cinq mois jusqu’au 29 novembre 2023.

L’achèvement des revues permet le décaissement immédiat de 15,555 millions de DTS (environ 20,7 millions de dollars). Cela porte le total des décaissements au titre de l’accord FEC à 108,89 millions de DTS (environ 144,6 millions de dollars EU).

En achevant les sixième et septième revues, le Conseil d’administration a approuvé la demande de dérogation des autorités pour non-respect du critère de réalisation à fin juin 2022 relatif au plafond du crédit bancaire intérieur net à l’administration centrale et des critères de réalisation à fin décembre 2022. sur le plafond du crédit bancaire intérieur net à l’administration centrale, le plafond des avoirs intérieurs nets de la BSL et le plancher des réserves internationales brutes de la BSL, sur la base des mesures correctives prises par les autorités.

L’accord FEC avec la Sierra Leone a été approuvé par le Conseil d’administration le 30 novembre 2018 , pour 124,44 millions de DTS (environ 172,1 millions de dollars à l’époque, soit environ 60 % de la quote-part du pays) pour 43 mois et a été prolongé de 12 mois sur 27 juillet 2021. Le programme vise à réduire l’inflation, à mobiliser les recettes pour permettre les dépenses nécessaires compatibles avec la viabilité de la dette, à préserver la stabilité financière et à maintenir la résilience externe aux chocs.

La reprise économique après des chocs externes successifs a été interrompue l’année dernière en raison de la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires dans le contexte de la guerre de la Russie en Ukraine, de la baisse du pouvoir d’achat des ménages et d’une production minière inférieure aux attentes. L’inflation a continué d’augmenter sous l’effet de la hausse des prix des matières premières, de politiques macroéconomiques plus souples que prévu et de la forte dépréciation de la monnaie. La flambée du coût de la vie a contribué à l’augmentation des niveaux d’insécurité alimentaire. Les réserves de change restent adéquates mais ont diminué, et la reconstitution des réserves tampons sera une priorité à l’avenir. La Sierra Leone reste exposée à un risque élevé de surendettement, et les risques ont augmenté dans le contexte des récents déficits budgétaires importants et de la dépréciation de la monnaie. Un ajustement précoce et décisif des politiques macroéconomiques est nécessaire pour rétablir la stabilité,

Les conditions macroéconomiques devraient se stabiliser grâce à l’ajustement prévu, mais les perspectives restent difficiles. La croissance devrait décélérer à 2,7 % en 2023, contre 3,6 % en 2022, avant de remonter à 4,7 % en 2024. L’inflation devrait progressivement baisser à un chiffre à moyen terme dans le cadre de l’orientation politique restrictive, tandis que les réserves de change se stabiliseraient, en supposant un financement concessionnel solide.

Les risques liés à la mise en œuvre des politiques sont élevés dans un contexte d’importants besoins d’ajustement. Un besoin de financement intérieur plus important que prévu et une dollarisation accrue des dépôts pourraient intensifier les risques de refinancement, car la capacité des banques à accroître leurs avoirs en papiers publics pourrait être mise à rude épreuve. Des achats d’effets publics plus importants que prévu par la BSL alimenteraient davantage la spirale inflation-dépréciation, ravivant ainsi la dollarisation des dépôts. Un ralentissement mondial brutal, des conditions financières mondiales plus strictes, une guerre russe plus prolongée en Ukraine et une fragmentation géographique pourraient peser sur la demande extérieure. Un choc des termes de l’échange pire que prévu et une inflation plus élevée pourraient détériorer les comptes budgétaires et extérieurs.

À l’issue des débats du Conseil d’administration, M. Bo Li, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« La Sierra Leone continue de faire face à des défis économiques importants, amplifiés par de multiples chocs, notamment la guerre de la Russie en Ukraine et les dérapages politiques. L’inflation a continué d’augmenter, la monnaie s’est fortement dépréciée et les risques liés à la dette ont augmenté. Un resserrement décisif et anticipé des politiques macroéconomiques est nécessaire pour rétablir la stabilité et contenir les risques croissants pesant sur la viabilité de la dette. Les autorités ont commencé à prendre des mesures audacieuses pour stabiliser l’économie, le programme FEC demeurant un point d’ancrage important dans un contexte économique fragile.

Les récents efforts visant à renforcer les recettes fiscales représentent des étapes importantes vers un resserrement de l’orientation budgétaire, tout en créant un espace pour les dépenses sociales prioritaires. La mise en œuvre de la nouvelle stratégie de recettes à moyen terme renforcera encore la mobilisation des recettes. Les efforts visant à augmenter les recettes et à réduire les dépenses doivent être soutenus par des mesures d’urgence compte tenu de l’important besoin d’ajustement. Le renforcement de la préparation et de l’exécution du budget sera crucial pour parvenir à un ajustement budgétaire durable. Les risques élevés pesant sur la viabilité de la dette impliquent que des efforts soient nécessaires pour réduire le fardeau du service de la dette, tout en mobilisant des dons supplémentaires.

Pour faire baisser l’inflation et arrêter la dépréciation de la monnaie, les conditions monétaires doivent se durcir, notamment en réduisant les achats de titres publics par la banque centrale. La politique de taux de change devrait se concentrer sur la reconstitution des réserves de change. Le renforcement de la transparence dans la redénomination de la monnaie renforcera la confiance dans la monnaie.

Pour assurer la stabilité du secteur financier, il faudra s’appuyer sur les progrès récents dans l’amélioration de la supervision et de la réglementation bancaires, tout en renforçant le filet de sécurité du secteur financier et les cadres de gestion des crises. Une action ponctuelle vis-à-vis des banques qui enfreignent les exigences réglementaires est essentielle. Des efforts supplémentaires pour renforcer le cadre de LBC/FT sont nécessaires.

Des réformes structurelles seront essentielles pour réduire les vulnérabilités à la corruption et favoriser le développement du secteur privé. Les efforts visant à améliorer le climat des affaires et à renforcer la gouvernance des principales institutions doivent se poursuivre, notamment pour soutenir le cadre de responsabilité publique, les efforts de lutte contre la corruption et l’état de droit effectif. Les efforts visant à renforcer la résilience climatique et à favoriser une croissance verte durable seraient importants.

S FMI

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus