A la UneAfriqueAgro-industrieÉconomieSénégal

Sénégal-Transformation industrielle de la noix d’anacarde : « La noix de cajou, une filière sous-estimée et sous valorisée… »

Les locaux de « invest for Jobs » a abrité, dans la matinée d’hier un atelier de plaidoyer pour une politique de soutien au développement de la transformation industrielle de la noix d’anacarde au Sénégal. Selon les organisateurs, l’objectif général était de jeter les bases de l’élaboration d’une stratégie de plaidoyer en faveur d’une politique de soutien au développement de la transformation industrielle de la noix de cajou au Sénégal.

Pour les objectifs spécifiques, il s’agit d’enrichir et de s’approprier le support de plaidoirie au cours des travaux de groupe ; de faire des recommandations concrètes sur les contraintes au développement de l’industrie de la transformation du cajou et d’élaborer une feuille de route pour les prochaines étapes.

« La première étape du plaidoyer c’est d’harmoniser la présentation de la filière, actualisé aussi les données sur la filière et la deuxième étape c’est d’expliquer pourquoi la transformation locale a besoin de soutien. Aujourd’hui, d’autres pays mettent en place des politiques de soutien à la transformation locale et au premier lieu, les deux grands transformateurs que sont le Vietnam et l’Inde.

Sans soutien public ni politique de soutien à la transformation, elle va se développer mais lentement mais si y’a une politique de soutien cela s’accélérer et on peut espérer à avoir des centaines voire des milliers d’emplois qui se créeront dès les prochaines années.

Donc l’objectif c’était aussi de s’harmoniser de ces arguments là et à la fin d’aboutir à des propositions qui sont construites par les transformateurs et on essaie d’en avoir pas trop pour qu’elles soient claires mais surtout des propositions très stratégiques que le gouvernement peut mettre en place après les élections et pourra aussi mettre sur pied qui vont vraiment permettre à booster ce secteur de la transformation locale et crée ses centaines et milliers d’emplois », a laissé entendre Boubacar Konta.

Pour ce dernier, la noix de cajou est une filière qui est sous-estimée et sous valoriser à l’échelle du Sénégal.

« Aujourd’hui, on estime la production à plus de 60 mille tonnes et elle grandit parce qu’il y’a de nouvelles superficies qui rentrent à chaque année. On voit l’anacarde s’étendre depuis les zones traditionnelles de Kolda, Ziguinchor, Sokone vers de nouvelles zones de productions.

Et malgré cela, on a très peu de transformations locales, moins de 2% de transformations locales ce qui est extrêmement dommage quand on voit que d’autres pays producteurs de la sous-région ont beaucoup plus de transformations et sont en train de mettre en place des politiques pour soutenir la transformation locale », a-til déclaré.

Le Quotidien Tribune

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus