A la Une Billets Contributions Coronavirus Education & Santé Opinions

Sénégal, quand l’espoir prend la pirogue du retour…

A l’époque où les cartes postales se vendaient encore comme des petits pains, les pirogues, plus que le lion et autant que le baobab, symbolisaient le Sénégal. Elles nous rendaient fiers de nos talentueux artisans et de nos vaillants pêcheurs. C’était avant que nos belles embarcations, sculptées dans des troncs solides, deviennent des tombeaux pour nos compatriotes, partis chercher ailleurs ce qu’ils ne trouvent pas au pays.

Le drame de l’émigration clandestine, entretenue par une mafia, est bien connu. En revanche, il y a quelques semaines à peine, qui aurait cru que ces mêmes pirogues feraient le chemin inverse, avec à leur bord des candidats au retour, fuyant le Covid-19? Le fait que les principaux sites de départ de clandestins vers l’Europe soient devenus leur port de débarquement est pathétique. J’espère que les passeurs, d’hier et d’aujourd’hui, redeviendront vite de braves travailleurs, comme la majorité des pêcheurs…

Ironie du sort, pour affronter cette situation inédite et indésirable, dans des villages traditionnels de pêcheurs comme Thiaroye-sur-mer, Hann ou Yoff, sur la Petite côte et jusque sur les rives du fleuve Sénégal (au nord notamment), des comités de surveillance guettent l’arrivée de ces embarcations “suspectes”, transportant des clandestins d’un genre nouveau.

Tandis que le coronavirus frappe durement la France, l’Italie et l’Espagne, qui sont parmi les destinations favorites des expatriés sénégalais (en situation régulière ou pas), le Sénégal, où le confinement n’est pas (encore) de rigueur, leur apparaît désormais comme une terre d’espoir. Ni la fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes ni l’interdiction de circuler entre les 14 régions du pays, ne les découragent.

Face au danger et aux diverses pressions subies à l’étranger, le désir de retrouver leurs proches est plus fort que celui de leur épargner une contamination dont ils pourraient être responsables. Les résultats encourageants obtenus par nos équipes médicales sont aussi, sans aucun doute, une source de motivation. Aujourd’hui, avec un nombre de patients guéris (137) plus élevé que celui des malades (125), il y a de quoi convaincre les sceptiques d’hier que le Sénégal est capable de faire face à des situations complexes.

Pourvu que sunu gaal (notre pirogue en wolof, à l’origine du nom Sénégal) vogue sur des flots tranquilles et arrive à bon port…

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus