A la UneAfriqueAgricultureÉconomieSénégal

Sénégal-Hivernage 2023 malgré la longue pause, les cultures se comportent bien

Cette année, l’hivernage a été marqué par une longue pause pluviométrique. Une situation qui avait commencé à préoccuper les paysans. Cependant, avec les dernières pluies enregistrées cette semaine sur toute l’étendue du territoire national, l’espoir commence à renaitre chez les producteurs qui peuvent rêver de bons rendements.

Après une longue pause pluviométrique enregistrée, l’hivernage de cette année est parti pour être un des meilleurs qu’a eu à connaitre le Sénégal. Car, le retour des pluies cette semaine sur toute l’étendue du territoire national a fait renaitre l’espoir dans le monde rural. «Nous touchons du bois.

L’hivernage se déroule correctement. Le seul hic, c’est qu’on a connu des pauses assez longues au niveau des localités comme Louga, Diourbel, Thiès et dans le vieux bassin arachidier. Ce qui a quand même affecté les cultures.

Au niveau de la zone de Kaolack, il y a quelques poches, mais pour l’essentiel, à 90%, on n’a pas connu ces pauses. Il faut reconnaitre que l’Anacim avait annoncé qu’en milieu d’hivernage, on peut connaitre des pauses pluviométriques qui peuvent être longues. Mais pour la région de Kaolack que je connais mieux, les cultures se portent bien que ce soit pour l’arachide, le mil, le maïs et même le riz de plateau», a fait savoir le porte-parole du Cncr, Sidy Ba, qui a été joint au téléphone par la rédaction de Sud Quotidien.

Il pense qu’avec le retour des pluies, si les choses marchent comme prévues, on peut s’attendre à un bon hivernage. «Les moments les plus pluvieux au Sénégal, c’est entre le 15 août et le 15 septembre. Nous pensons que si les pluies continuent à être bien réparties dans le temps et dans l’espace, cet hivernage sera l’un des meilleurs qu’on a eu à connaitre.

L’année passée, on a enregistré beaucoup de pluies et les rendements n’étaient pas bons. Les pluies enregistrées présentement sont des pluies agricoles. Ce ne sont pas des pluies excédentaires de 80 ou 85 millimètres, mais ce sont des pluies de 30, 40, 50 millimètres», fait-t-il remarquer

Des efforts notes dans la mise en place des engrais

interpellé sur le retard dénoncé par certains producteurs dans la mise en place des engrais, il soutient : «On a noté quelques retards dans la mise en place des engrais pour les céréales. Présentement, on continue la mise en place des engrais pour le riz et le phosphate pour soutenir la fertilité des terres».

Toutefois, Sidy Ba reconnait que cette année, l’Etat a mis beaucoup de moyens pour mettre des engrais à la disposition des producteurs agricoles et à moindre coût. «Les engrais mil sont vendus à 11 mille francs le sac et l’année dernière c’était beaucoup plus cher.

L’urée subventionnée est vendue à 12 mille contre 18750 mille l’année dernière. L’engrais arachide subventionné est vendu à 8 mille alors qu’il coûtait à 10 l’année dernière et était introuvable sur le marché. Donc, il y a la volonté qui est là et j’espère que dans l’avenir, l’Etat fera mieux», précise-t-il

Sud Quotidien

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus