A la UneAfriqueÉconomieEntreprenariatSénégal

Sénégal-Entrepreneuriat des jeunes : Des lenteurs notées dans la mise en œuvre du projet d’appui du développement des compétences

Le projet d’appui du développement des compétences de l’entrepreneuriat des jeunes dans les secteurs porteurs a connu des lenteurs dans sa mise en œuvre. En conclave, le coordinateur dudit projet est revenu sur les contraintes. Selon Sekou Badji, ces contraintes réelles sont liées à des facteurs externes et internes du projet.

« Nous sommes entrain de développer une stratégie pour les surmonter. Dans la mise en œuvre du projet, il ya des partenaires comme la Banque africaine du développement et l’État du Sénégal avec 10% de contrepartie 90% de financement par le partenaire.

Depuis 2021, il ya des changements au niveau du financement et nous avons connu des difficultés depuis lors pour mobiliser des ressources et des lenteurs sur le délai d’exécution notamment au niveau des travaux », dit-il.

Et de poursuivre : » Sur le financement, il ya des contraintes liées au partenaire. Des lenteurs ont été notées dans la construction du site. Nous faisons la sélection de dossier des demandeurs et la Banque en charge de l’instruction du dossier coordonne le financement. Ce qui a impacté sur le décaissement. Il ya aussi les caractéristiques du site jugées difficiles qui est argileux et inondables. Pendant l’hivernage, il ya un arrêt de travail. Nous allons prendre des mesures d’atténuation pour une circulation adéquate de l’eau ». Sur ce liste s’ajoute la formation qualifiante qui a connu des retards. » Ce qui peut amener une résiliation du partenariat et le gouvernement nous a instruit d’y faire face.

Grâce à la prorogation du projet de 24 mois, nous sommes surs que nous allons réaliser l’essentiel de ce qui est attendu. Cette prorogation va nous permettre de terminer les travaux avec les 3 chantiers en cours avec la construction du centre de transformation des métiers de gaz et pétrole, le centre des métiers de cuir et de peau de Ngaye et le centre d’incubation et de formation implantée dans ces deux centres », fait il savoir.

De son avis, les deux années rajoutées seront misez à profit pour terminer les travaux mais également les formations qualifiantes où 84% sont réalisés. « Il reste aujourd’hui un petit gap à résorber.

D’ici juin 2024, nous allons réaliser les deux formations à l’exception du partenaire. Une nouvelle stratégie sera mise en œuvre dès le début de l’année, ce qui permettra d’offrir beaucoup d’opportunités aux jeunes qui sont les principaux bénéficiaires », rassure-t-il.

S Rewmi.com

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus