A la Une Développement Endettement Entreprises Justice Marchés financiers Santé publique Télécommunications

Réclamant plus de 2 milliards FCFA bloqués dans leurs comptes : Les prestataires de Wari déposent une plainte auprès du procureur

Les prestataires de Wari qui éprouvent des difficultés à recouvrer leur argent estimé à 2,5 milliards de FCFA, bloqués dans leurs comptes, ont déposé une plainte auprès du procureur de la République pour réclamer leurs dus. Le collectif compte également saisir l’ambassade de France pour porter cette affaire devant les tribunaux français.

Regroupés autour d’un collectif, les prestataires de Wari qui éprouvent des difficultés à recouvrer l’argent se trouvant dans leurs comptes, ont déposé une plainte auprès du procureur de la République pour réclamer leur argent. «Kabirou Mbodj a bloqué cet argent estimé à 2,5 milliards Fcfa à travers sa plateforme Wari. Nous sommes venus déposer une plainte auprès du procureur de la République. Nous avons rencontré la direction de Wari mais sans succès. Ceci en violation des conditions de vente que Wari avait établi », a fait savoir El Hadji Diallo, représentant du collectif des prestataires de Wari lors d’un point de presse hier, jeudi 23 septembre.

Même si tout le monde est au courant que Wari éprouve des difficultés aujourd’hui, ces prestataires soutiennent que cela ne les regarde pas. «On n’est pas des actionnaires encore moins des travailleurs de Wari. En tant que prestataires, nous utilisons nos propres moyens financiers comme matériels pour travailler à travers la plateforme de Wari qui prélève des commissions qu’il retenait à la source. Donc, tout ce qui restait au niveau de nos comptes, nous appartient. Aujourd’hui, on a eu des difficultés pour récupérer cet argent. Au niveau de l’article 16 et 20, normalement le solde de tout prestataire devait être récupérable à tout moment. Ce qui n’est pas le cas», a déploré M. Diallo.

Le collectif a ainsi décidé de saisir la Bceao, le ministère en charge des finances et l’Uemoa. «Au niveau de la Bceao, il y a l’instruction 11- 2015 qui est relative aux activités de transfert d’argent à son article 10 qui dit que la commission bancaire de l’Uemoa, la Bceao, le ministère en charge des finances dans le cadre de leurs attributions respectives en matière de supervision et intermédiaire agréent les systèmes financiers décentralisés», a-t-il relevé.

Le collectif des prestataires de Wari compte également saisir l’ambassade de France pour porter cette affaire devant les tribunaux français. «Dans les conditions que Wari avaient fixé, il est dit qu’en cas de différend, c’est les tribunaux français qui seront compétents. Wari a un agrément délivré par la banque de France. Wari est aussi immatriculé au niveau du Togo», rappelle-t-il.

(SUDQUOTIDIEN)

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus