A la UneAfriqueÉconomieSénégal

Oulimata Sarr, ministre de l’économie, du plan et de la coopération sortant « 1933 milliards FCFA mobilisés depuis septembre 2022, via 69 conventions signées »

Oulimata Sarr a passé, le témoin à Doudou Ka, désormais ministre en charge de l’Economie, du Plan et de la Coopération (MECP). A la faveur d’une cérémonie de passation de service, elle a salué le travail abattu par ses ex-collaborateurs.

«Je voudrais féliciter les équipes du MEPC. Grâce à leur expertise et à leur dévouement, nous avons mobilisé 1933 milliards de F CFA depuis Septembre 2022, à travers la signature de 69 conventions. Cette enveloppe est composée de prêts à hauteur de 1 749 milliards de FCFA et de dons pour 183 milliards de FCFA», a-t-elle précisé en signalant que «les financements octroyés par les fonds concessionnels représentent 73% du montant global».

Sa mission, au sein du MECP, dit-elle, «a été exaltante. Avec la brillante équipe en place, nous avions une feuille de route en 5 points : lever tous les financements des projets de directive présidentielle ; élaborer le PAP3 qui est la déclinaison quinquennale du PSE pour la période 2024-2028 ; procéder au recensement de la population et de l’Habitat (après 10 ans) ; lancer le processus de recalcul de nos comptes nationaux de 2014 appelé rebasing, avec une nouvelle année de référence 2021 et rendre opérationnel la nouvelle loi PPP de 2021 en impliquant le secteur privé national grâce à la Stratégie nationale de développement du secteur privé». Elle a aussi parlé du PAP3 (Plan d’actions prioritaires 3) qui, selon elle, est divisé en 4 chapitres.

Ce sont «un Chapitre Bilan du PSE» ; «le cadre macroéconomique qui donne une croissance économique avec un taux moyen 7,7% sur les 5 prochaines années et un déficit budgétaire maitrisé de 3% du PIB» ; «les 22 projets phares et les 13 reformes sectorielles et transversales» et enfin «le volume du PAP en milliards de FCFA».

En outre, elle a annoncé un changement de «paradigme en portant la part du financement du PAP 3, par le secteur privé, à plus de 50%». Concernant les Partenariats Public-Privé (PPP), des avancées significatives ont été réalisées, selon elle.

Pour preuve, aujourd’hui, les Sénégalais peuvent «trouver, entre autres, le portefeuille des projets PPP composé de 59 projets d’un volume d’investissement de 2500 milliards sur le site du ministère ainsi qu’en QR code sur nos cartes de visite». En ce qui concerne le recensement, l’ANSD remettra, au nouveau ministre (Doudou Ka) «le rapport, le 31 Octobre. Ce recensement a mobilisé plus de 32 000 agents et a été entièrement effectué en digital, nous permettant d’avoir les données en temps réel». Ainsi, signale-t-elle, «en 2023, nous sommes 18 275 000 sénégalais avec 50,8% de femmes (soit 9 283 700 femmes contre 8 991 300 hommes)».

A Doudou Ka, ses anciens collaborateurs et elle, ont confié «la stratégie nationale de développement du secteur privé. A l’horizon 2035, grâce à la mise en œuvre de la stratégie, il est attendu la densification du tissu d’entreprises avec 300 000 entreprises formelles, 300 champions nationaux et 3 millions d’emplois formels créés». S’y ajoutent, d’autres chantiers importants ouverts «notamment le MCC Régional pour un montant d’environ 500 millions de dollars (environ 310,7 milliards FCFA) en cours de formulation».

Mais également «le Programme phare d’accélération de la Compétitivité et des emplois, dénommée (PACE). Les objectifs du PACE sont l’accélération de la compétitivité des chaînes de valeur prioritaires, l’accroissement des investissements privés et la promotion accrue des Partenariat public-privé ; pour ce faire 250 milliards de FCFA ont été mobilisés et les entités de mise en œuvre tels que la DER, le FONGIP et l’ADEPME sont à pied d’œuvre avec déjà des success stories à partager», a-t-elle dit.

Cette passation de service, rappelle Oulimata Sarr, se tenant à quelques jours du marathon budgétaire, ses désormais ex collaborateurs du MEPC «ont déjà préparé le rapport économique et financier qui accompagne le projet de Loi de Finances 2024». Et pour rassurer Doudou Ka, elle lui a assuré que ceux-ci, l’«accompagneront à l’Assemblée (nationale) pour défendre le budget du MEPC qui s’élève à 56 milliards en 2024». Montant dans lequel sont incluses les dotations du FONSIS, FONGIP et de l’ANSD, entre autres.

Vox populi

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus