A la Une Afrique Développement Matières Premières Mines Production

Or congolais : Des sociétés à capitaux chinois dans le viseur en RDC

Dans l’est de la République démocratique du Congo, les autorités provinciales ont entrepris une répression des activités minières illégales dans le secteur aurifère. Six sociétés à capitaux chinois ont été suspendues dans le Sud-Kivu.

À ce jour, aucune autorité congolaise n’est en mesure de fournir une liste précise, mais le nombre de sociétés à capitaux chinois exploitant l’or de l’est de la RDC semble avoir augmenté ces cinq dernières années. C’est le cas notamment dans le Sud-Kivu, première région aurifère du pays. Une région qui représente près de 66% des exportations d’or congolais.

Dans cette province, le gouverneur a suspendu six sociétés chinoises pour exploitation illégale de l’or, face à la pression populaire. Depuis plusieurs mois, spécialement dans les mines d’or du territoire de Mwenga, les communautés locales accusent ces sociétés de pillage. Ces entreprises n’ont pas de permis d’exploitation, mais exploitent quand même. Elles sont aussi accusées de pollution des cours d’eau et de non-respect des droits de la population locale.

Pékin promet des sanctions

Cette suspension est prise très au sérieux jusqu’à Pékin. La Chine étant le premier consommateur d’or, mais aussi le premier producteur d’or au monde. Les entreprises chinoises illégales sont sommées de quitter cette région congolaise. Wu Peng, le directeur des Affaires africaines du ministère des Affaires étrangères chinois, assure que les sociétés suspendues seront punies par son gouvernement.

Si toutes les sociétés minières à capitaux chinois ne sont pas illégales, cette ruée vers l’or congolais détériore l’image des investisseurs de l’Empire du Milieu. Mi-septembre, le président congolais Félix Tshisekedi a tapé du poing sur la table. Il a demandé une renégociation du contrat sino-congolais, signé en 2007 par son prédécesseur Joseph Kabila. Il avait été convenu que les entreprises chinoises recevraient des contrats miniers en échange d’investissement. Mais moins de la moitié des investissements ont été réalisés selon Kinshasa.

Autre facteur aggravant pour les entreprises chinoises, leur arrivée dans les mines d’or de l’est de la RDC coïncide avec une baisse des exportations selon le ministère des Mines. En 2016, les exportateurs déclaraient 442 kilos d’or artisanal pour le pays, en 2020, le chiffre dégringole à 76 kilos. Pourtant, les entreprises sont plus nombreuses et les ressources ne tarissent pas. Cette baisse fait craindre aux spécialistes une augmentation de la contrebande et du commerce illicite.

(RFI)

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus