A la UneAfriqueÉconomieFinances publiques

Nigeria : le budget 2024 passe à 34 milliards de dollars avec une hausse de 4 dollars pour le prix de référence du pétrole

Alors que le secteur pétrolier au Nigeria s’est contracté de 0,85% au 3e trimestre 2023, le gouvernement a revu à la hausse le budget 2024 ainsi que le prix de référence du pétrole.

Le gouvernement du Nigeria a relevé la proposition budgétaire pour 2024 de 26 200 milliards de nairas initialement (32,5 milliards $) à 27 500 milliards de nairas (34,1 milliards $). L’information, rapportée par des médias locaux, le lundi 27 novembre, a été révélée par Atiku Bagudu (photo), ministre du Budget et de la Planification économique.

Ce nouveau budget affiche quelques changements au niveau du taux de change, qui passe à 750 nairas pour un dollar contre 700 nairas prévu initialement, tandis que le prix de référence du pétrole est fixé à 77,96 $ contre 73,96 $ dans le budget initial. Quant aux recettes prévues pour 2024, elles s’élèvent à 18 320 milliards de nairas, a indiqué M. Bagudu, tout en ajoutant que plus de détails seront donnés lors de la présentation du budget à l’Assemblée nationale, par le président Tinubu Ahmed.

Depuis son investiture, fin mai 2023, le président nigérian Bola Tinubu a fait de la refonte et de la dynamisation de l’économie nationale son cheval de bataille. Cette résolution a entraîné la prise d’une série de mesures audacieuses, dont la suppression de la subvention à l’essence.

Toutefois, le Nigeria n’en subit pas moins les effets persistants des chocs endogènes et exogènes qui impactent son économie. Au 3e trimestre de cette année, la croissance de l’économie nigériane s’est limitée à 2,54%. La croissance du secteur non pétrolier a ainsi atteint 2,75%, tandis que le secteur pétrolier, qui représente la majeure partie des revenus du gouvernement et 90 % des réserves de change, s’est contracté de 0,85 % sur la même période.

Par cette hausse du budget, le gouvernement entend financer davantage les domaines prioritaires de développement à savoir : la sécurité, l’économie, l’emploi, l’agriculture, les infrastructures, la politique monétaire et les subventions aux carburants, entre autres, a déclaré Atiku Bagudu.

Ecofin

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus