A la Une Afrique Afrique Commerce Consommation Pétrole Production Vidéos du jour

Nigéria : La pénurie de carburant se poursuit

Alors que l’Ukraine fait passer le prix du baril de pétrole au-dessus de 100 dollars, la pénurie de carburant continue au Nigeria.

Les pays producteurs de pétrole ont beau engranger des revenus supplémentaires depuis que la crise ukrainienne a fait grimper les prix du pétrole au-dessus de 100 dollars le baril, les Nigérians ont dû faire face cette semaine à une nouvelle pénurie de carburant.

Le président Muhammadu Buhari a déclaré que la hausse des prix du pétrole offrait au premier producteur africain une “grande opportunité”, mais Abdulazeez Oyefeso, comptable à Lagos, a eu du mal à le croire après trois heures de queue pour le carburant.

“C’est plus de revenus pour le pays, mais cela ne va pas jusqu’au citoyen lambda”, a déclaré Oyefeso, appuyé contre sa Lexus parmi les voitures qui serpentent le long de la route principale Alfred Rewane de Lagos, près d’une station-service.

De l’autre côté de la grande avenue, des vendeurs ambulants portant des jerrycans en plastique remplis de carburant jaune et des entonnoirs fabriqués à partir de bouteilles d’eau font signe aux voitures qui passent et proposent de remplir les réservoirs moyennant une prime.

Les ventes de pétrole représentent près de 90 % des recettes d’exportation du Nigeria. Mais la flambée des prix – les plus élevés depuis dix ans après l’invasion – est une bénédiction mitigée. Le Nigeria, membre de l’OPEP, a une faible capacité de raffinage de son propre pétrole brut et dépend largement des importations de carburant.

Dormir dans une voiture
Des files indisciplinées de voitures à la recherche de carburant ont provoqué des embouteillages massifs en début de semaine à Lagos et dans d’autres villes. Des motos transportant des hommes à l’arrière, serrant quatre ou cinq jerrycans pour trouver du carburant, étaient un spectacle courant. Certains navetteurs ont simplement marché. D’autres ont sauté des minibus, pris dans les embouteillages, pour continuer à pied.

“Ma jauge était sur la réserve quand j’ai quitté la maison tôt ce matin, mais la voiture s’est arrêtée à mi-chemin. Heureusement, j’ai un petit baril”, a déclaré Onifade, un chauffeur de Lagos. “Le gouvernement doit faire quelque chose”.

Autour du quartier Awolowo de Lagos, où se trouvent plusieurs stations-service, les routes ont été bloquées en début de semaine. Les conducteurs attendent sur le trottoir sous le soleil. Certains avaient dormi dans la file d’attente toute la nuit.

Un budget plus coûteux
Le Nigéria a approuvé l’année dernière une nouvelle loi sur le pétrole, attendue depuis longtemps, qui vise à améliorer les conditions d’exploitation afin d’attirer davantage d’investissements étrangers dans ce secteur en difficulté. Mais une partie de la production nigériane est liée à des accords avec des sociétés de raffinage pour le carburant et des échanges pour des projets d’infrastructure, de sorte que les prix élevés du pétrole ne sont pas la manne de revenus qu’ils devraient être.

Aujourd’hui, la majeure partie de la production pétrolière nigériane, qui s’élève à 1,4 million de barils par jour, provient de projets off-shore “en eau profonde”, où le gouvernement ne prélève que 20 à 30 % des recettes, a déclaré Bismarck Rewane, économiste chez Financial Derivatives Co.

“L’augmentation du prix n’est pas suffisante pour compenser la perte de production”, a déclaré Rewane. “Théoriquement, le tableau semble excellent, mais en réalité, c’est plus compliqué”.

L’année dernière, le ministre des Finances du Nigeria a laissé entendre que le coûteux programme de subvention des carburants prendrait fin en juin, comme le préconisent la Banque mondiale et le FMI. Mais en janvier, les ministres ont reporté ce plan, affirmant que le calendrier était problématique. À moins d’un an d’une élection, la fin des subventions pourrait s’avérer coûteuse, car les Nigérians considèrent le carburant bon marché comme un élément tangible de la richesse pétrolière.

“Le Nigeria se trouve toutefois dans la situation étrange d’être coincé dans un système de subventions qui garantit que des prix élevés du pétrole entraînent une augmentation exponentielle des dépenses publiques”, a déclaré le groupe local d’analyse des risques SBM Intelligence.

(AFRICANEWS)

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus