A la UneAfriqueBanquesBCEAOÉconomieFinancesGouvernanceUEMOA

Mali: première visite du gouverneur de la BCEAO Jean-Claude Brou au président de la transition Goïta

Ces deux dernières années, la collaboration entre les pays de la BCEAO et le Mali s’était dégradée, en raison de la prise du pouvoir par putsch en 2020. Cependant, la CEDEAO et l’UEMOA qui avaient suspendu le pays, l’ont déjà réintégré.

Au Mali, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), Jean-Claude Kassi Brou, a été reçu en audience mercredi 13 décembre 2023, par le chef de l’Etat Malien, président de la transition, le colonel Assimi Goïta, a-t-on appris par voie de communiqué de la présidence du Mali, ce vendredi 15 décembre.

« Il était important que je vienne saluer le président de la transition. Ça a été aussi l’occasion pour faire le tour d’horizon de l’actualité économique, la situation économique financière et monétaire dans notre région […] nous avons parlé un peu de l’amélioration de l’inflation dans la région, des perspectives de croissance qui sont quand même soutenues », a déclaré Jean-Claude Kassi Brou, dont c’est la première visite depuis son entrée en fonction à ce poste en juillet 2022.

Le gouverneur de la BCEAO a également annoncé l’inauguration en 2024 à Kayes, dans l’ouest du Mali, de la troisième agence auxiliaire de la BCEAO, dont la construction est à sa phase finale. Cette agence, a-t-il souligné, viendra « renforcer le maillage des agences de la BCEAO dans tout le pays ». Poursuivant, il a indiqué que le Mali « est un partenaire bien sûr important au niveau de la banque centrale et c’est un partenariat qui se porte bien ».

Cette visite survient quelques mois après la réintégration du Mali au sein des instances de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont l’institut d’émission est la BCEAO. Le Mali avait été suspendu de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’UEMOA à la suite du putsch d’août 2020 qui a conduit à la démission du président Ibrahim Boubakar Keïta. Mais cette visite survient également alors que le Mali envisage de mettre sur pied avec ses nouveaux alliés de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) que sont le Burkina Faso et le Niger également sous régime militaire, une alliance politique et monétaire.

Alors que les autorités de l’UEMOA continuent de suivre l’évolution de la transition au Mali, ce dernier joue un rôle de poids dans les revenus en devises de l’UEMOA, notamment en raison de son coton et de son or qui lui permettent de générer des revenus en devises pour la sous-région. La BCEAO prévoit une amélioration de ses réserves de change, et vise un stock qui devrait atteindre 5,5 mois d’importations en 2024. Un objectif qui nécessite une contribution du Mali et du Burkina Faso.

Ecofin

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus