A la UneAfriqueCommerceConsommationÉconomieInflation

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires reste stable en septembre

En septembre, l’indicateur global des prix internationaux des produits alimentaires est resté stable dans l’ensemble, une baisse des cours des huiles végétales, des produits laitiers et de la viande ayant été compensée par une augmentation notable des cours du sucre et du maïs, a annoncé hier  l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires, qui suit l’évolution mensuelle des prix internationaux de denrées alimentaires échangées dans le monde entier, a affiché une valeur moyenne de 121,5 points en septembre, contre 121,4 pour cent en août. À ce niveau, l’indice se situe 10,7 pour cent en dessous de sa valeur enregistrée il y a un an et 24,0 pour cent en dessous de son niveau record de mars 2022.

Le prix des céréales a progressé de 1,0 pour cent par rapport au mois précédent, principalement en raison d’une augmentation de 7,0 pour cent des prix internationaux du maïs, sous l’effet d’une forte demande de marchandises en provenance du Brésil, d’un ralentissement des ventes des agriculteurs en Argentine et d’une augmentation des prix du fret fluvial due au bas niveau du fleuve Mississippi aux États-Unis d’Amérique.

Les prix internationaux du blé ont diminué de 1,6 pour cent, sous l’effet de l’abondance de l’offre et de bonnes perspectives de production en Fédération de Russie, tandis que l’Indice FAO des prix de tous les types de riz a fléchi de 0,5 pour cent dans un contexte de demande à l’importation globalement faible.

L’Indice FAO des prix des huiles végétales a reculé de 3,9 pour cent par rapport au mois d’août, les cours internationaux des huiles de palme, de tournesol, de soja et de colza ayant tous baissé, en partie en raison de la hausse saisonnière de la production et de l’abondance des disponibilités exportables dans le monde.

Celui des prix du sucre a bondi de 9,8 pour cent par rapport au mois d’août et a ainsi atteint son plus haut niveau depuis novembre 2010, car on craint de plus en plus un resserrement de l’offre mondiale pendant la prochaine campagne. Les premières estimations indiquent une baisse de la production en Thaïlande et en Inde, deux des principaux producteurs, baisse qui est associée au phénomène El Niño qui sévit actuellement. Le volume important de la récolte qui a lieu actuellement au Brésil dans des conditions météorologiques favorables a limité la hausse mensuelle des prix mondiaux du sucre.

L’Indice FAO des prix des produits laitiers a cédé 2,3 pour cent depuis le mois d’août et enregistre sa neuvième baisse mensuelle consécutive, sous l’effet de l’apathie de la demande mondiale à l’importation et de l’abondance des stocks dans les principales régions de production. La relative faiblesse de l’euro par rapport au dollar des États-Unis a également pesé sur les prix internationaux des laitages.

Le prix de la viande s’est contracté de 1,0 pour cent par rapport au mois précédent, les effets conjugués de la faiblesse de la demande à l’importation et de l’abondance des disponibilités exportables ayant tiré vers le bas les cours de la viande de porcins, d’ovins et de volailles. En revanche, les prix internationaux de la viande de bovins ont rebondi du fait d’une forte demande à l’importation de viande bovine maigre, en particulier aux États-Unis d’Amérique.

Des prévisions records pour les stocks mondiaux de céréales 

La FAO a relevé ses prévisions concernant la production mondiale de céréales en 2023 et les a portées à 2 819 millions de tonnes, soit 0,9 pour cent de plus que pour l’année précédente. Ce relèvement des prévisions est presque intégralement fondé sur des estimations récentes portant sur les rendements en Fédération de Russie et en Ukraine, lesquels devraient être meilleurs que prévu, sous l’effet de conditions météorologiques favorables persistantes, tandis que la production du Canada devrait être nettement plus faible que prévu, en raison d’un temps sec prolongé dans les principales régions de production.

Selon le nouveau Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, la production mondiale de blé devrait s’établir à 785 millions de tonnes, celle de céréales secondaires à 1 511 millions de tonnes, soit 2,7 pour cent de plus qu’en 2022, et celle de riz à 523,1 millions de tonnes.

Malgré une révision à la baisse apportée ce mois-ci, l’utilisation mondiale de céréales en 2023-2024 devrait atteindre 2 804 millions de tonnes et dépasser de 0,8 pour cent celle de l’année dernière et l’on s’attend à ce que davantage de blé soit utilisé à des fins de consommation humaine plutôt que dans l’élevage, tandis que l’utilisation mondiale de riz devrait atteindre 520,5 millions de tonnes, ce qui laisse présager une deuxième campagne successive de croissance nulle ou négative de l’utilisation, car la poursuite de la diminution des utilisations non alimentaires devrait compenser l’accroissement de la consommation alimentaire de riz au sein de la population.

Les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes de 2024 devraient s’établir à 884 millions de tonnes. Ils devraient ainsi croître de 3,0 pour cent par rapport à leurs niveaux d’ouverture et atteindre un niveau record. Compte tenu des nouvelles prévisions concernant les stocks de clôture, qui ont été relevées, ainsi que de la baisse prévue de l’utilisation ce mois-ci, le rapport stocks/utilisation de céréales devrait être de 30,8 pour cent.

Les dernières prévisions de la FAO concernant les échanges mondiaux de toutes les céréales en 20232024 se situent toujours à 466 millions de tonnes environ, un niveau identique à celui du mois dernier, mais indiquent une contraction annualisée de 1,7 pour cent par rapport au niveau de 2022-2023.

 

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus