A la Une Afrique Banques Entreprises Innovation Microfinance TIC Transformation digitale

Le fisc kenyan traque la fraude sur les transactions numériques

Une équipe spéciale créée par l’Autorité fiscale du Kenya et qui travaillera notamment avec les opérateurs télécoms, les fournisseurs de services Internet et les banques, surveillera tout argent généré par une transaction numérique au Kenya et aura surtout à l’œil les géants étrangers comme Google.

L’Autorité fiscale du Kenya (KRA) s’est dotée d’une équipe spéciale dont la mission sera de traquer tout revenu généré par une transaction numérique. L’unité mettra particulièrement un accent sur les revenus générés par les entreprises numériques telles Google, qui n’ont pas de présence physique au Kenya mais qui gagnent de l’argent dans le pays.

Selon Caxton Masudi, le commissaire adjoint chargé des politiques et des impôts nationaux à la KRA, l’Autorité a l’intention d’utiliser des traceurs de transactions pour garantir que le secteur du marché numérique paie sa juste part d’impôts.

La KRA devra travailler avec l’Autorité des communications du Kenya (CA), les opérateurs de télécommunications et les fournisseurs de services Internet (FSI), les banques kényanes, pour surveiller toute transaction financière effectuée d’une carte de crédit ou d’une carte SIM, pour un service livré à une adresse IP au Kenya.

La traque des transactions financières numériques, le gouvernement kényan s’y est penché parce ces revenus représentent une importante manne financière que l’Etat ne peut plus négliger au regard des contrecoups économiques suscités par la pandémie de coronavirus.
(Ecofin)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus