A la Une Afrique Innovation Zoom sur…

La technologie blockchain et ce qu’elle permet de faire

La technologie blockchain, ou chaîne de blocs, « c’est comme un livre de comptes tenu par tout le monde, il est infalsifiable car si on veut changer une transaction, il faut la changer en même temps chez tout le monde ». Cette définition donnée par Alexandre Stachtchenko, cofondateur du site d’information Blockchain France, résume toute la problématique de cette nouvelle technologie.

Elle permet de stocker et de transmettre une information de manière sécurisée, dans une sorte de registre décentralisé et infalsifiable, validant les transactions de façon quasi immédiate et sans organe central de contrôle. Au-delà des crypto-monnaies, cette technologie pourrait être à l’origine d’importants bouleversements dans le secteur bancaire, indique-t-on.

Apparue en 2008 dans le sillage de la monnaie virtuelle bitcoin, la blockchain, qui est appelé à « révolutionner le monde comme l’a déjà fait Internet et le téléphone portable », permet de faire des transactions financières simplifiées, grâce à des bases de données partagées et ultra-sécurisées.

Elle suscite déjà beaucoup d’intérêt et même de l’enthousiasme dans les milieux financiers internationaux, qui y voient une nouvelle solution pour répondre à la problématique de la traçabilité et de l’élimination des cas de fraude.

Une blockchain contient l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs, depuis sa création. Il existe des blockchains publiques, ouvertes à tous, et des privées, dont l’accès et l’utilisation sont limitées à un certain nombre d’acteurs. La blockchain publique est assimilable à un grand livre comptable public, anonyme, qu’on ne peut falsifier.

Le mathématicien français Jean-Paul Delahaye l’assimile à « un très grand cahier, que tout le monde peut lire librement et gratuitement, sur lequel tout le monde peut écrire, mais qui est impossible à effacer et indestructible. »

Chaque donnée est contrôlée et validée avant d’être regroupée en bloc et d’intégrer une base de données située dans un réseau partagé avec d’autres utilisateurs, sans intermédiaires.

Cette technologie révolutionnaire permet donc la dématérialisation, la transparence, la traçabilité, la résilience, la vitesse, l’optimisation des coûts des transactions et la sécurité, améliorant ainsi considérablement l’efficacité des échanges commerciaux.

Mohamed Fall

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus