A la UneAfriqueCroissanceÉconomie

Kenya : la croissance économique s’accélère au 3e trimestre 2023, à 5,9 %

L’accélération de la croissance enregistrée entre le 1er juillet et le 30 septembre 2023 au Kenya s’explique essentiellement par le rebond du secteur agricole dans un contexte de conditions météorologiques favorables.

L’économie kényane a enregistré une croissance de 5,9% en glissement annuel au troisième trimestre 2023 contre 4,3 % au cours de la même période en 2022, selon des données publiées le lundi 29 décembre par le Bureau national des statistiques (KNBS).

Cette croissance a été principalement tirée par un rebond du secteur de l’agriculture, la sylviculture et la pêche qui a enregistré une progression de 6,7% entre le 1er juillet et le 30 septembre 2023 contre une contraction de -1,3% durant la même période en 2022, a-t-on précisé de même source.

L’amélioration des performances du secteur agricole découle notamment des conditions météorologiques favorables qui ont permis une croissance remarquable des exportations de fruits (+84,3 %) et de légumes (+35,4 %).

Durant le troisième trimestre 2023, le secteur des finances a également bénéficié du resserrement de la politique monétaire de la Banque centrale kényane pour croître de 14,7 % contre 9,6 % au cours du même trimestre en 2022.

L’industrie manufacturière a quant à elle progressé de 2,6 % contre 1,8 % précédemment, grâce notamment à l’amélioration des performances du segment de transformation des produits agricoles.

Ecofin

Pétrole ivoirien : une production d’environ 200.000 barils par jour attendue en 2027

Le démarrage, par le Groupe ENI, de la production du gisement « Baleine », la plus grande découverte d’hydrocarbures jamais réalisée par une compagnie pétrolière en Côte d’Ivoire, renforce les espoirs du pays en matière d’autonomie énergétique.

« Avec une capacité de production estimée en 2027 à 150 mille barils par jour, l’exploitation du gisement Baleine permettra de porter la production nationale de pétrole à environ 200 mille barils par jour, contre seulement 30 mille barils par jour aujourd’hui », a indiqué le président Alassane Ouattara.

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, s’exprimait à l’occasion des traditionnels vœux à la Nation pour l’année 2024. Il a laissé entendre que l’ambition de la Côte d’Ivoire de faire d’être « un hub énergétique dans la sous-région se concrétise chaque jour ».

Selon les projections, ce gisement devrait générer à partir de 2026, près de 200 millions de pieds cubes de gaz, pour porter la capacité nationale de production de gaz naturel à près de 430 millions de pieds cubes, contribuant ainsi à une meilleure maîtrise des intrants nécessaires à la production d’électricité.

« Dans ce cadre, et tenant compte des défis posés par le changement climatique, nous réaffirmons notre engagement à exploiter, de manière responsable, nos ressources naturelles. C’est pourquoi, le gisement Baleine fait d’ailleurs l’objet d’une production nette zéro en carbone », a-t-il déclaré.

Le groupe énergétique italien ENI a démarré le 27 août 2023, la production de pétrole et de gaz naturel du champ Baleine situé en eaux profondes, dans le Sud-Est ivoirien. Les ressources du champ Baleine sont estimées à 2,5 milliards de barils de pétrole brut et à 3.300 milliards de pieds cubes de gaz naturel.

Le démarrage de la production de ce gisement pétrolier est intervenu moins de deux ans après la première découverte en septembre 2021 et moins d’un an et demi après la deuxième découverte en juillet 2022, par ENI et son partenaire ivoirien Petroci Holding.

S apanews.net

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus