A la UneAfriqueÉconomieUEMOA

Internalisation des textes de l’UEMOA : le Sénégal s’attend à une grande évolution

En 2022, le taux moyen de mise en œuvre des réformes communautaires de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine (Uemoa) au Sénégal était ressorti à 74,5 % contre 76,1 % en 2021, soit une légère diminution de 1,6 points de pourcentage. Cette évaluation avait porté sur 127 réformes et 09 projets.

Pour cette année, la Commission de l’Uemoa va se pencher sur 131 textes communautaires et 07 projets. La mise à jour de la grille d’évaluation des réformes concerne l’ajout de cinq textes dans le domaine de la surveillance multilatérale, du transport, de l’enseignement supérieur, de la santé et de la culture ainsi que le retrait de la Décision n°13/CM/UEMOA portant création de la conférence des ordres des architectes de l’UEMOA.

Concernant les projets, deux, arrivés à terme, ont été retirés et un nouveau projet dans le domaine du transport a été ajouté à l’évaluation.

Selon le coordonnateur de la Direction générale du secteur financier, Ange Constantin Mancabou, cette 9e revue organisée les 30, 31 octobre et 02 novembre 2023 à Dakar par la Commission de l’organisation communautaire sera l’occasion d’évaluer les résultats atteints et relever les difficultés notées dans la transposition des textes. Cela, afin d’apporter les solutions idoines susceptibles d’améliorer la compétitivité de nos économies et permettre aux populations de l’Union de bénéficier des fruits de l’intégration régionale.

La revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Uemoa a été instituée par Acte additionnel de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement du 24 octobre 2013. Son objectif principal est de favoriser l’accélération de l’application des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Union dans le cadre de l’approfondissement de l’intégration régionale.

Pour 2023, Dakar s’attend à une revue à la hausse de son taux d’application des textes communautaires. « Cette année, nous avons particulièrement bien travaillé avec les équipes de l’Uemoa et espérons qu’il y aura une grande évolution en termes de progrès dans plusieurs domaines. Des exercices et des simulations préalables nous ont permis de voir que le Sénégal a fait un certain bon », a déclaré M. Mancabou.

A en croire Madame Aïssa KABO, Représentante résidente de la Commission de l’Uemoa au Sénégal, ce dernier a fait « des résultats probants. »

Mancabou dit ainsi espérer, au terme de l’évaluation, une nette amélioration de la note globale du Sénégal. Ce qui traduirait, d’après lui, les efforts importants des différents ministères sectoriels dans l’application des réformes, politiques, programmes et projets communautaires au sein de l’Union.

APA

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus