A la Une Infrastructures Routes Sénégal Transports Vidéos du jour

Infrastructures : L’Etat dépense 60 milliards par an pour l’entretien des routes

Le secrétaire général du ministère des infrastructures, des transports et du désenclavement, Aubain Marcel Sagna a jugé désastreuses, les conséquences engendrées par les manquements sur l’application du règlement 14 de l’UEMOA. Pour le cas du Sénégal, il évoque la dégradation inquiétante des routes et le montant exorbitant (60 milliards) dépensé chaque année par l’Etat pour les entretenir.

“Depuis 2012, nous avons démultiplié le réseau routier du Sénégal. Les manquement sur l’application du règlement 14 de l’Uemoa engendre des effets économiques désastreux. Chaque année l’État du Sénégal consent 60 milliards pour l’entretien des routes. Cet argent est tiré du budget national, des partenaires. Cet argent, si vous ne contrôlez pas les gabarits, les charges des transporteurs et le poids à l’essieu, entraine un effet dévastateur sur l’économie. C’est-à-dire une route programmée pour 15 ans, vous la perdez en moins de 5 ans. C’est une perte pour l’économie nationale et surtout pour les transporteurs qui vont opérer moins de rotations, et leur santé est menacée avec les accidents», a fait savoir Le secrétaire général du ministère des infrastructures, des transports et du désenclavement.

C’était en marge d’un atelier de sensibilisation et de partage sur l’Etat de mise en œuvre du règlement 14 de l’UEMOA.

Pour rappel, le règlement 14 est relatif à l’harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids, et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises dans les états membres de l’union économique et monétaire.
Dans son discours, Aubain Marcel Sagna a souligné que cette enveloppe de 60 milliards aurait pu être investie dans la santé ou l’éducation, car on en a besoin.

«Par défaut de contrôle du gabarit, du poids total et de la charge à l’essieu, nous risquons de dégrader nos routes. La préservation de la route est une affaire de tous. Mettre de l’argent pour construire des routes et les laisser se dégrader, c’est jeter de l’argent par la fenêtre», a-t-il déploré.

(iGFM)

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus