A la Une Aéronautique Afrique Internationale Transports

Impact économique du Coronavirus : la RAM abandonne l’Italie mais relance ses vols à destination de la Chine

Plus aucune compagnie aérienne n’a le droit de relier le Maroc à l’Italie. C’est la résultante d’une décision prise le lundi 9 mars 2020, par les autorités marocaines.

Dans une suite logique, Royal Air Maroc (RAM) a annoncé, il y a quelques heures, la suspension de tous ses vols au départ et à destination du 2e pays le plus touché par le coronavirus (Covid-19), qui enregistre déjà plus de 9 170 infectés et 463 morts.

Après Milan et Venise dimanche, les villes de Rome, Bologne et Turin sont elles aussi désertées par la compagnie nationale marocaine.

En revanche, Royal Air Maroc va relancer ses vols vers la Chine. Constatant un recul de l’épidémie dans le pays épicentre de la maladie, le transporteur a annoncé la reprise de ses vols vers la capitale chinoise. Une ligne qu’elle avait suspendue depuis le 31 janvier.

A partir du 12 mars, la route Casablanca – Pékin, inaugurée le 16 janvier 2020, sera de nouveau desservie trois fois par semaine (les mardis, vendredis et dimanches). Elle sera exploitée en Boeing 787-9 Dreamliner.

RAM rejoint Air Algérie, qui a rouvert le 1er mars, sa route Alger – Pékin. Jusqu’ici Ethiopian Airlines restait la seule compagnie africaine ayant maintenu ses vols vers l’empire du Milieu avec des fréquences toutefois réduites.

En revanche, Egyptair, Kenya Airways, RwandAir, Air Mauritius et Air Madagascar (jusqu’au 30 avril), maintiennent leur mot d’ordre de suspension.

Malgré cette désertion quasi totale de la Chine par les compagnies africaines, le Covid-19 est tout de même arrivé sur le continent. Des cas isolés ont pour le moment été confirmés dans l’ordre chronologique en Égypte, en Algérie, au Nigeria, au Sénégal, en Tunisie, au Maroc, en Afrique du Sud, au Cameroun et au Togo.

Selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), les transporteurs du continent pourraient perdre collectivement jusqu’à 400 millions de dollars en 2020, du fait de cette épidémie qui a déjà fait plus de 4 000 morts et 110 000 infectés à l’échelle mondiale.

Ecofin

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus