A la UneAfriqueAgricultureConsommationÉconomieInnovationPauvretéSecteur privé

Histoire de la FAO : Lutter contre la malnutrition et la pauvreté au Nigéria grâce au porridge Tom Brown

Parfois, il faut peu de choses pour changer la donne. Et ce, d’une manière totalement inattendue.

Maimuna Mashalele a tout perdu quand elle a dû fuir Gambaru Ngala lors d’une attaque des insurgés en 2014. Vivant désormais en tant que déplacée à Zabarmari, elle a eu beaucoup de mal à nourrir ses 8 enfants.

Mais tout a changé en 2021 quand «Tom Brown» est entré dans la vie de Maimuna. «Tom Brown» n’est pas un homme mais un porridge! Plus précisément, il s’agit d’une préparation traditionnelle au Nigéria à base de plusieurs ingrédients locaux nutritifs. Également connu sous le nom de Garin Kunu, ce porridge est sans doute appelé «Tom Brown» car le mélange doit devenir brun au cours de la préparation.

Maimuna fait partie des femmes formées par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) à la fabrication et la promotion du porridge Tom Brown. Elle a appris la technique FAO-Thiaroye de transformation, une méthode mise au point par la FAO pour améliorer le fumage du poisson et le rendre moins nocif pour la santé humaine.

Le fait d’incorporer du poisson à la recette de porridge permet de bénéficier de protéines d’origine animale, d’acides gras oméga 3 et de micronutriments qui jouent un rôle essentiel s’agissant de la croissance, du développement et des capacités cognitives des nourrissons et des jeunes enfants.

En dehors de ses atouts nutritionnels, le poisson permet d’enrichir le goût et la texture du porridge Tom Brown. Cela permet également à Maimuna et aux autres stagiaires d’exploiter des poissons d’eau douce locaux tels que le poisson-chat et le tilapia.

Une fois fumé, le poisson est mélangé à d’autres ingrédients locaux: mil, soja et arachide. La préparation est ensuite grillée pour donner une poudre hautement nutritive particulièrement intéressante pour les enfants âgés de 6 à 59 mois, ainsi que pour les femmes enceintes et allaitantes, qui sont particulièrement vulnérables en cas de carence alimentaire.

La FAO a également construit 13 centres de transformation du poisson dans les États de Borno, d’Adamawa et de Yobe. Elle a formé les 350 femmes qui gèrent actuellement ces centres.

«Garin kunu est source de bienfaits pour ma famille à plusieurs niveaux», explique Maimuna. «Nous ne produisons pas que pour notre consommation personnelle. Nous le vendons également. Le marché est énorme».

Selon les auteurs de l’analyse de novembre 2023 sur la base du Cadre Harmonisé, plus de 26,5 millions de personnes au Nigéria devraient connaître des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë pendant la période de soudure allant de juin à août 2024. Au moins 1,7 million d’enfants et de femmes enceintes et allaitantes souffrent déjà de malnutrition aigüe.

Maimuna dit avoir beaucoup de demande au niveau local pour le porridge Tom Brown car sa consommation est particulièrement adaptée pour les enfants. En effet, ce porridge leur évite de souffrir de malnutrition aigüe, un problème fréquent dans le nord-est du Nigéria dans des États tels que Borno, où les violences persistantes et le banditisme restreignent l’accès à la nourriture.

Mairo Garba, une autre mère de famille déplacée qui travaille comme Maimuna au centre de transformation de Gongulong, raconte que les femmes travaillent main dans la main pour produire le porridge.

«Certaines fois, nous pouvons produire jusqu’à 500 kilos [de Tom Brown], selon la demande. C’est un effort collectif auquel participent toutes les femmes des centres», explique Garba.

Avant le début du projet, la plupart des personnes déplacées n’avaient pas de source de revenus stable ou la possibilité de consommer des aliments nutritifs.

«La situation s’est nettement améliorée et la création du centre a apporté un énorme changement au niveau local», assure une autre femme travaillant au centre de transformation de Zabarmari.

En plus d’acquérir de nouvelles compétences, «nous avons pu payer la scolarité de nos enfants grâce à la transformation du poisson et les préparations Tom Brown, nourrir nos enfants et même partager l’argent restant avec des personnes sans ressources», raconte Garba.

«Tom Brown» trace son chemin

La production du porridge Tom Brown bénéficie de 2 millions d’USD de la part du Fonds central pour les interventions d’urgence de l’ONU (CERF). Elle fait partie d’un projet pensé pour lutter contre la malnutrition aigüe et aider les populations à produire des aliments hautement nutritifs.

Le projet vise également à fournir le porridge Tom Brown à des enfants et à des femmes enceintes ou allaitantes. Jusqu’ici, 17 000 personnes ont bénéficié de ces distributions dans les États de Borno et de Yobe.

L’initiative prévoit également des cours de nutrition pour les femmes car elles jouent un rôle crucial pour la santé et le bien-être des familles, en particulier au début de la vie des enfants. Former les femmes et leur fournir des ressources sur la nutrition, notamment en leur apprenant à préparer des plats nutritifs comme le porridge Tom Brown, permet à ces dernières de prendre des décisions éclairées au bénéfice de la santé de leur famille. Cela peut avoir des retombées positives pour la communauté.

En plus de son intérêt sur le plan nutritionnel, l’initiative a également permis d’améliorer la production alimentaire dans les régions en crise et d’ouvrir la voie à des réseaux de distribution durables et à l’amélioration des infrastructures.

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus