A la Une Afrique Agriculture Agro-industrie

Guinée-Bissau : le kilogramme de noix de cajou reviendra à 360 Fcfa durant la campagne 2021

En Guinée-Bissau, la culture de la noix de cajou représente le pilier de l’économie. Si les producteurs ont bénéficié d’un prix de vente intéressant de leur produit en 2020, la campagne qui s’annonce sera beaucoup moins rémunératrice.

En Guinée-Bissau, le kilogramme d’anacarde sera écoulé à 360 Fcfa durant la campagne de commercialisation 2021 qui débutera le 7 avril prochain. Ce tarif annoncé aujourd’hui par l’exécutif représente une baisse de 28 % par rapport au montant appliqué l’année dernière.

A l’image des autres producteurs africains d’or gris, le pays a connu une perturbation dans la chaîne de commercialisation du produit en raison des conséquences de la pandémie de coronavirus. Si habituellement les exportations du pays approchaient les 200 000 tonnes par an, le volume expédié par le pays a été inférieur à 160 000 tonnes en 2020.

Il faut souligner que même si le prix garanti aux exploitants est en recul d’une année à l’autre, il reste l’un des plus élevés de la région ouest-africaine. Des autres pays fournisseurs comme le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Bénin appliquent un tarif commun de 300 Fcfa/kg.

Alors que la campagne 2021 devrait s’achever d’ici septembre prochain, le gouvernement pourrait engranger 130 millions $ de recettes fiscales à travers l’exportation de la matière première. Pour rappel, la noix de cajou est la seule production agricole exportée par la Guinée-Bissau et lui fournit 10 % de son PIB.

Ecofin

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus