A la UneAfriqueÉconomieFinancementFMI

Guinée-Bissau : Le FMI conclut un accord sur la troisième revue de facilité élargie de crédit

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par José Gijon, chef de mission pour la Guinée-Bissau, a tenu des réunions virtuelles du 20 au 25 septembre 2023 et des réunions à Bissau du 26 septembre au 3 octobre 2023 pour discuter de la Troisième revue de l’accord FEC [ [1] ] . L’accord initial a été approuvé pour un montant total de 28,4 millions de DTS (environ 37,9 millions de dollars) le 30 janvier 2023.

A l’issue de la mission, M. Gijon a publié la déclaration suivante :

« L’équipe de la mission est parvenue à un accord au niveau des services avec les autorités sur les politiques économiques et financières qui pourraient soutenir l’approbation de la troisième revue du programme FEC. Cet accord est soumis à l’approbation du Conseil d’administration du FMI, qui est provisoirement prévue pour [mi-novembre] 2023. Les autorités cherchent à augmenter l’accès au programme FEC de 100 à 140 % de la quote-part.

À l’issue de l’examen du Conseil d’administration, la Guinée Bissau aurait un accès supplémentaire à [6,16] millions de DTS (environ [8,1] millions de dollars EU), ce qui porterait le décaissement total au titre de l’accord à [13,27] millions de DTS (environ [17,4] millions de dollars EU). ).

« L’économie continue de se redresser en 2023, avec une croissance qui devrait atteindre 4,2 pour cent, soit le même niveau qu’en 2022. L’inflation reste élevée et devrait atteindre une moyenne de 8 pour cent en 2023, reflétant la flambée des prix internationaux des denrées alimentaires et des carburants. La forte baisse des prix internationaux de la noix de cajou contribuera également à creuser le déficit du compte courant.

« En ce qui concerne la mise en œuvre du programme, les performances ont été mitigées dans le contexte d’un environnement économique et sociopolitique difficile. Le plancher des recettes fiscales n’a pas été atteint en raison de recettes liées à la noix de cajou inférieures aux prévisions. Le plafond de la masse salariale n’a pas été atteint en raison des économies inférieures aux prévisions issues du recensement des fonctionnaires en 2022.

Le plancher du solde primaire intérieur n’a pas été atteint, reflétant un dépassement significatif des dépenses non salariales. Bien que cela comprenne un transfert ponctuel à l’entreprise de service public et les coûts liés aux élections, une part importante du dépassement était due aux dépenses de sécurité, souveraines et de force majeure. Le gouvernement met en œuvre une série d’actions correctives pour ces QPC manqués.

« Les progrès en matière de réformes structurelles sont restés solides. Deux des trois « repères structurels » (RS) à fin juin 2023 ont été respectés. Les autorités demandent de reporter l’approbation du plan d’effectifs à moyen terme jusqu’en mars 2024 afin de l’aligner sur le budget 2024. Par ailleurs, deux des trois OS attendus pour fin septembre 2023 ont été respectés avant la date limite. Concernant le SB continu du Comité Technique d’Arbitrage des Dépenses Budgétaires (COTADO), il a repris ses activités en septembre 2023 après la formation du nouveau gouvernement.

« À l’avenir, il sera essentiel d’améliorer la mobilisation des recettes intérieures et de contenir les dépenses courantes salariales et non salariales pour soutenir la consolidation budgétaire et placer la dette publique sur une trajectoire résolument descendante. En outre, des mesures visant à atténuer les risques budgétaires, à améliorer la gestion de la trésorerie et de la dette et à renforcer la gouvernance seront cruciales. Enfin, un soutien financier supplémentaire de la communauté internationale, sous forme de subventions et de prêts concessionnels, reste essentiel à la mise en œuvre réussie du programme soutenu par le FMI.

« L’équipe remercie les autorités pour leur ouverture et leurs discussions constructives et attend avec impatience la poursuite d’une coopération étroite dans le cadre de la facilité élargie de crédit (FEC) au cours des prochaines revues. La prochaine visite est prévue pour janvier 2024 ».

« L’équipe du FMI a rencontré SE le Président Sissoco Embaló, le Premier ministre Martins, le ministre de l’Économie et des Finances Seidi, le ministre de l’Administration publique, du Travail et de la Modernisation de l’État Moreira, le président de l’Assemblée nationale Pereira, le directeur national de la BCEAO Cassama, le président de la Cour des Comptes Baldé.

L’équipe a rencontré des responsables des ministères de l’Économie et des Finances, de l’Agriculture, de la Pêche, de la Justice, de la Santé publique, de la Direction nationale de la BCEAO, de l’Institut national de la statistique, de la Cellule de renseignement financier, des autorités chargées des marchés publics et d’autres responsables. L’équipe a également rencontré des représentants d’entreprises du secteur public, ainsi que des partenaires bilatéraux et internationaux clés.

En Synthèse, le FMI conclut :

  • Les services du FMI et les autorités bissau-guinéennes sont parvenus à un accord au niveau des services qui pourrait soutenir la troisième revue du programme soutenu par la Facilité élargie de crédit (FEC), sous réserve de l’approbation du Conseil d’administration du FMI. À l’issue de la revue, la Guinée Bissau aura accès à [6,16] millions de DTS supplémentaires (environ [8,1] millions de dollars EU).
  • Les performances du programme ont été mitigées, reflétant un environnement économique et sociopolitique difficile. Néanmoins, les progrès en matière de réformes structurelles sont restés solides.
  • Le nouveau gouvernement est fermement déterminé à mettre en œuvre les politiques qui sous-tendent le programme soutenu par le FMI. Dans ce contexte, les autorités cherchent à accroître l’accès au programme FEC dans un contexte de détérioration significative des termes de l’échange de la Guinée-Bissau et de durcissement des conditions de financement régionales.

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus