A la UneAfriqueÉconomieEndettementFinancementFMI

Guinée-Bissau : Le FMI achève une deuxième revue de l’accord de facilité élargie de crédit et accorde un décaissement de 3,15 millions de dollars

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé hier la deuxième revue au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) de la Guinée-Bissau. L’achèvement de la revue permet le décaissement de 2,37 millions de DTS (environ 3,15 millions de dollars) pour aider à répondre aux besoins de la balance des paiements et de financement budgétaire du pays dans un contexte de défis liés à la guerre russe en Ukraine, à l’augmentation substantielle du coût de -un mode de vie qui affecte particulièrement la population la plus vulnérable et les effets persistants de la pandémie. Cela porte le total des décaissements au titre de l’accord FEC à 7,11 millions de DTS (environ 9,46 millions de dollars).

Selon le communiqué, en achevant la deuxième revue, le Conseil d’administration a également approuvé la demande de dérogation des autorités pour non-respect des critères de réalisation concernant le plancher des recettes fiscales, le plafond des salaires et le plancher du solde budgétaire primaire intérieur. En outre, le Conseil d’administration a achevé l’examen des assurances de financement et a convenu de rephaser l’accès pour effectuer deux décaissements de 2,37 millions de DTS les 17 janvier et 17 avril 2024, au lieu d’un seul décaissement le 17 avril 2024.

L’économie a connu une croissance de 4,2 pour cent en 2022 et ne devrait se redresser que modérément pour atteindre 4,5 pour cent en 2023. La croissance a été affectée négativement par la faiblesse des exportations de noix de cajou et par les chocs extérieurs défavorables qui pèsent sur l’environnement socio-économique de la Guinée-Bissau.

La flambée des prix des produits alimentaires et du pétrole ajoute des pressions sur l’inflation annuelle, qui devrait rester élevée à 7,0 pour cent. L’exécution du budget est soumise à des pressions. Le déficit budgétaire global est resté à 5,9 % du PIB en 2022. Sur la base de données provisoires, la dette publique a augmenté pour atteindre 80,3 % du PIB en 2022, en raison d’un déficit budgétaire global plus élevé que prévu et de nouvelles garanties du gouvernement principalement à l’entreprise de services publics. et la reconnaissance des arriérés croisés dus aux fournisseurs ayant des prêts non performants auprès de la banque sous-capitalisée. La mobilisation des recettes et la maîtrise des dépenses restent essentielles pour prévenir les risques pesant sur la viabilité de la dette et l’accès au financement extérieur. Lors des discussions avec l’équipe de la mission, le nouveau gouvernement issu de la coalition gagnante des élections législatives du 4 juin 2023 a exprimé son engagement à mettre en œuvre l’agenda de réforme du programme.

À l’issue des débats du Conseil d’administration, M. Okamura, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« La Guinée-Bissau a démontré son engagement en faveur de la mise en œuvre du programme dans le cadre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). Le programme de réformes comprend un ambitieux rééquilibrage budgétaire pour soutenir une croissance inclusive, tout en préservant la viabilité de la dette, ainsi que des réformes structurelles et de gouvernance pour renforcer la capacité institutionnelle.

Même si la reprise économique devrait se poursuivre, des risques baissiers demeurent liés à des contraintes de fragilité de longue date, à l’incertitude de l’économie mondiale avec des retombées négatives potentielles sur les exportations de noix de cajou et les prix des produits alimentaires et énergétiques, ainsi qu’aux chocs climatiques. Dans ce contexte, une forte appropriation du programme par les autorités et une mise en œuvre des réformes seraient essentielles pour catalyser un soutien supplémentaire des donateurs. »

« La performance du programme a été satisfaisante. Cinq des huit critères quantitatifs de réalisation (QPC) pour mars 2023 ont été respectés. Le gouvernement a pris des mesures correctives pour répondre aux objectifs manqués, notamment en renforçant le contrôle des dépenses, en vendant des licences 5G et en rationalisant les dépenses fiscales pour atteindre les objectifs de fin 2023. Des progrès ont été réalisés dans l’ensemble du programme de réformes et les autorités ont proposé quatre nouveaux repères structurels pour accélérer la professionnalisation de la fonction fiscale, réintroduire le contrôle des dépenses et améliorer la gouvernance de la propriété de l’État. L’ajout d’un examen trimestriel cette année garantira un suivi étroit afin de mieux gérer les politiques dans un contexte de forte incertitude ».

« L’engagement des autorités en faveur de l’assainissement budgétaire pour répondre aux critères de convergence régionale est louable. De tels efforts, qui contribueraient à la viabilité des finances publiques et de la dette, comprennent le renforcement de la gouvernance et de la gestion des ressources publiques, l’atténuation des risques budgétaires et le recours à des financements hautement concessionnels.

La mise en œuvre réussie des réformes visant à renforcer les cadres de gouvernance et de lutte contre la corruption est essentielle au succès du programme. Les autorités ont mis en œuvre leurs engagements en matière de transparence concernant les dépenses d’urgence liées au COVID-19, notamment la publication de l’audit par un tiers et des informations sur les bénéficiaires effectifs des marchés publics, et ont progressé dans les audits prioritaires effectués par la Cour des comptes. Les autorités ont également réalisé des progrès dans l’atténuation des risques budgétaires liés à l’entreprise de service public et restent déterminées à moderniser le régime de déclaration de patrimoine et à améliorer le cadre de LBC/FT. Des efforts supplémentaires sont également nécessaires pour renforcer la diversification économique et garantir une gestion efficace des vulnérabilités bancaires. ”

En synthèse

  • La décision du Conseil d’administration du FMI autorise un décaissement immédiat de 2,37 millions de DTS (environ 3,15 millions de dollars) à la Guinée-Bissau pour l’aider à répondre aux besoins de financement et à faire face à la détérioration de l’environnement extérieur.
  • L’économie a connu une croissance de 4,2 % en 2022 et devrait se redresser modérément à 4,5 % en 2023, tandis que l’inflation devrait rester élevée.
  • Les autorités prennent des mesures pour faire face aux chocs exogènes et restent attachées à des politiques et réformes fortes.

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus