A la UneAfriqueCoopérationÉconomieFMISénégal

Finance publique : le FMI accorde 169 milliards de FCFA au Sénégal, cependant les perspectives de croissance en 2023 devraient rester inférieure à ses niveaux d’avant

Les services du FMI sont parvenus à un accord avec le Sénégal sur les premières revues de la facilité élargie de crédit, de la facilité élargie de crédit et de la facilité pour la résilience et la durabilité

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Edward Gemayel, a mené une mission à Dakar du 12 au 24 octobre pour examiner les progrès réalisés dans le cadre du programme économique des autorités soutenu par un accord FEP/ FEC de DTS . 1 132,6 millions de DTS (environ 1,5 milliard de dollars), combinés à un RSF de 242,70 millions de DTS (environ 320 millions de dollars). L’accord FEP/FEC et RSF ont été approuvés par le Conseil d’administration du FMI le 26 juin 2023,

A l’issue de la mission, M. Gemayel a publié la déclaration suivante :

« Je suis heureux d’annoncer que nous sommes parvenus à un accord au niveau des services sur les premières revues du programme économique des autorités soutenu par les accords FEP/FEC et RSF. L’accord au niveau des services est soumis à l’approbation de la direction du FMI et à son examen par le Conseil d’administration du FMI, qui est provisoirement prévu pour la mi-décembre 2023. À l’issue de la revue, le Sénégal aurait accès à 161,8 millions de DTS (environ 212 millions de dollars). au titre du FEP/FEC et à 48,54 millions de DTS (environ 63,7 millions de dollars) au titre du FSR.

« La croissance devrait atteindre 4,1 % en 2023, toujours en dessous de son niveau d’avant la pandémie pour la deuxième année consécutive, plombée par un environnement extérieur difficile et la situation sociopolitique du premier semestre 2023, qui a eu des conséquences néfastes. sur l’activité dans les secteurs du commerce et des services.

L’inflation devrait reculer à 6,5 pour cent cette année, contre 9,7 pour cent l’année dernière, et ne devrait pas revenir à l’objectif de 3 pour cent de l’UEMOA avant 2025. Le déficit du compte courant extérieur devrait diminuer modérément à 14,5 pour cent du PIB, en partie dû à l’amélioration des termes de l’échange.

Avec l’élection présidentielle derrière et le démarrage de la production d’hydrocarbures au second semestre 2024, les perspectives macroéconomiques devraient être favorables. En 2024, la croissance du PIB réel devrait atteindre 8,3 pour cent, tandis que la croissance hors hydrocarbures devrait atteindre 5,3 pour cent.

« La performance des programmes soutenus par le Fonds a été satisfaisante. Tous les critères de réalisation et objectifs indicatifs pour fin juin 2023, sauf un, ont été atteints. Trois des six repères structurels pour la première revue du programme FEP/FEC ont été réalisés. Les autorités sont déterminées à mettre en œuvre les trois repères structurels restants concernant le programme de gouvernance et la stratégie de dépenses fiscales avant la discussion du Conseil d’administration.

Les deux mesures de réforme de la première revue du FSR, qui sont liées à l’adoption d’un décret de Gestion des Investissements Publics (PIM) intégrant les considérations climatiques à chaque étape de développement du projet et au plan de mise en œuvre de la stratégie pour des transports publics plus verts, ont été été achevé. La mission a encouragé les autorités à achever les mesures restantes pour sortir de la liste grise du FAFT d’ici mai 2024.

« Les autorités maintiennent leur ferme détermination à atteindre leurs objectifs d’assainissement budgétaire. Pour 2023, ils prévoient qu’une meilleure collecte des recettes et un meilleur contrôle des dépenses devraient contribuer à réduire le déficit budgétaire à 4,9 % du PIB. À l’horizon 2024, l’atteinte d’un déficit budgétaire de 3,9 % du PIB dépendra de la mise en œuvre de mesures destinées à rationaliser les dépenses fiscales et à réduire les subventions énergétiques à 1 % du PIB.

Les autorités constituent cette année des réserves de liquidités pour garantir le paiement du service de la dette entre janvier et avril 2024. La dette devrait culminer en 2023, puis diminuer progressivement en pourcentage du PIB à moyen terme, reflétant la poursuite de l’assainissement budgétaire et la croissance de l’économie. .

« Le programme de réformes structurelles soutenu par RSF avance. La mission a félicité les autorités pour avoir préparé un budget vert annexé à la loi de finances 2024 qui décrit les défis climatiques auxquels le Sénégal est confronté. Les priorités à court terme dans le cadre du RSF comprennent la prise en compte de la contribution nationale déterminée (NDC) du pays dans la stratégie nationale de développement actualisée (PAP3) et l’approbation des codes urbains et de construction pour atténuer l’impact de l’érosion côtière et des inondations urbaines.

« L’équipe du FMI souhaite remercier les autorités et les autres homologues pour leur excellente coopération et leurs discussions franches et constructives au cours de la mission de revue et réaffirme le soutien du FMI au Sénégal.

Au cours de la visite, l’équipe du FMI a rencontré Son Excellence le Président Macky Sall ; M. Amadou Ba, Premier Ministre ; M. Mamadou Moustapha Ba, Ministre des Finances et du Budget ; Nobert Toé, Vice-Gouverneur de la BCEAO ; la commission des finances de l’Assemblée nationale ; et d’autres hauts responsables du gouvernement et de la BCEAO. Le personnel a également eu des discussions productives avec les partenaires de développement.

En synthèse on peut retenir que :

 

  • Les autorités sénégalaises et les services du FMI sont parvenus à un accord au niveau des services sur les politiques nécessaires pour achever les premières revues de la facilité élargie de financement (FEP) et de la facilité élargie de crédit (FEC) du Sénégal, combinées à la facilité pour la résilience et la durabilité (FSR).
  • La croissance en 2023 devrait rester inférieure à ses niveaux d’avant la pandémie. Cependant, avec l’élection présidentielle derrière et le démarrage de la production d’hydrocarbures, les perspectives à partir de 2024 sont plus favorables. Les autorités restent déterminées à atteindre leurs objectifs d’assainissement budgétaire. Le programme de réformes structurelles soutenu par la FEC/EFF et le RSF progresse.
  • L’achèvement des revues par le Conseil d’administration du FMI déboucherait sur le décaissement d’environ 276 millions de dollars EU, soit 169 milliards de FCFA.

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus