A la UneAfriqueBanquesÉconomieFinances

Finance : Les créances en souffrance ont quadruplé en dix ans (2012-2022) dans le secteur bancaire de la zone Cemac

Agence Ecofin – De 495 milliards fcfa à fin 2012 à 1917,9 milliards fcfa à fin 2022, les créances en souffrance des banques des six pays de la zone Cemac ont été multipliées par 4 en une décennie. Actuellement, ces créances constituent l’un des principaux risques auxquels sont confrontées les banques de cette zone.

L’encours des créances en souffrance des banques de la zone Cemac (communauté économique et monétaire d’Afrique centrale) a atteint 1917,9 milliards fcfa, au 31 décembre 2022.

Ces créances ont été multipliées par 4 par rapport à leur niveau atteint dix ans plus tôt, (495 milliards fcfa à fin décembre 2012), révèle la Banque des Etats d’Afrique centrale (BEAC), dans sa revue de stabilité financière 2022, publiée le lundi 8 janvier 2024. Selon l’institution financière, cette dégradation de la qualité du portefeuille de crédits des banques sur la période 2012-2022 s’explique à la fois par des facteurs conjoncturels et structurels.

Sur le plan structurel, l’institut d’émission des 6 pays de la zone Cemac fait savoir que l’augmentation du niveau des créances en souffrance est liée aux insuffisances des dispositifs de gestion des risques et de gouvernance au sein des banques. En effet, la BEAC explique que les banques déploient davantage d’efforts sur les aspects commerciaux au détriment d’une analyse rigoureuse du risque de crédit dans leurs portefeuilles.

Sur le plan conjoncturel, la fragilisation des équilibres budgétaires des Etats de la Cemac, suivie de la baisse de l’activité économique a induit une accumulation des arriérés de paiement par les Etats, dans le portefeuille de crédits des banques.

Pour la BEAC, cette croissance des créances en souffrance « constitue une préoccupation majeure pour les Etats de la zone, pour la commission bancaire de l’Afrique centrale, la banque centrale et les établissements de crédit ». Cette préoccupation est d’autant plus importante que le risque de crédit, appréhendé par les créances en souffrance, demeure actuellement l’un des principaux risques auxquels sont confrontées les banques de la Cemac, souligne la BEAC.

L’institution précise que l’encours des créances en souffrance des banques d’un pays de la Cemac, dont l’identité n’a pas été révélée, a atteint 548 milliards fcfa au 31 décembre 2022.

Pour limiter la progression de ces créances qui affectent la liquidité des banques et réduit leurs actions de financement de l’économie, plusieurs mesures ont été envisagées comme la demande formulée aux banques par la Cobac de présentation des plans d’apurement de ces créances en souffrance ainsi que la mise en place de mesures visant à améliorer les dispositifs de gestion du risque de crédit des banques

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus