A la Une Afrique Banques BTP & Infrastructures Ferroviaire Financement Finances publiques Infrastructures Internationale Justice Sénégal Transports

Etude – Mise en œuvre du projet du Ter : L’Ong Lumière synergie pour le développement (Lsd) épingle la Bad et l’Afd

La mise en œuvre du projet Train express régional (Ter) a provoqué des drames sociaux irréparables et constitue un scandale sur le plan de la redevabilité de la Banque africaine de développement (Bad) et l’Agence française de développement (Afd), qui ont véritablement failli à leurs responsabilités sociales et environnementales. Cette accusation ressort d’une étude réalisée par l’Ong Lumière synergie pour le développement.

«Le Train Express Régional (Ter) est un projet national ambitieux dont l’avènement devrait apporter un lot de solutions innovantes. Mais sa conception et sa mise en œuvre dans un environnement urbain géographiquement et socialement complexe engendrent des conséquences présentes et futures prenant des allures d’une catastrophe localisée ayant plongé des populations dans un désarroi profond (déguerpissement de populations, destruction de centres professionnels, déstructuration de quartiers, éclatement de familles, etc.)». C’est la conclusion d’une étude de l’Ong Lumière synergie pour le développement (Lsd).
D’après les résultats de cette enquête, les études d’impacts et les mesures d’atténuation du Ter semblent avoir été royalement ignorées par les initiateurs du projet et leurs partenaires techniques et financiers.
La Lsd se demande où étaient les responsables de la Banque africaine de développement (Bad) et l’Agence française de développement (Afd).
Ce que ne comprennent pas Aly Sagne, président de cette association sénégalaise, et ses collègues, c’est : «Pourquoi la Bad et l’Afd n’ont pas usé de leurs compétences pour faire respecter leurs propres politiques de sauvegardes environnementales et sociales ?»
Une autre question ressortie de l’enquête : «Pourquoi la Bad accorde autant de soutien au Ter alors qu’il est évident que le projet viole ses propres politiques en matière de réinstallation qui voudraient que les personnes affectées soient indemnisées avant de quitter leurs maisons et leurs biens ?» Il est rappelé qu’en «vertu des politiques de sauvegardes environnementales et sociales de la Bad et de l’Afd, toutes les personnes affectées devraient être indemnisées intégralement avant le démarrage des tra­vaux du projet». Et pourtant, renseigne le responsable des Personnes affectées par le projet (Pap), dans le rapport, «plus de 2711 impactés n’ont pas reçu les fonds de vulnérabilité.
Et ceux à qui on a appliqué une indemnisation mixte et qui ont reçu de l’argent depuis près de trois ans attendent toujours leurs terrains depuis».
«Même si l’acteur principal cité dans cette recherche est l’Apix, sa responsabilité avérée devrait-elle nous faire oublier celle de la Bad et de l’Afd», s’interroge encore la Lsd dans son rapport. Dans ces conditions, alerte l’association, «l’absence d’un soutien national est porteuse de germes de conflits», sans exclure «l’apparition spontanée de foyers de tensions sociales dans un avenir plus proche que lointain».
En effet, d’après les résultats de leur étude, des Personnes affectées par projet (Paps), des collectifs et des individus se sont retrouvés brusquement sans terres, sans toits et sans emplois. «Ces traumatismes pires que des sinistres comme les inondations, les épidémies ou les incendies devraient par conséquent, intéresser tous les citoyens, les partis politiques et les organisations de la Société civile», estime Lsd.
«Paradoxalement, en ne retenant comme impacts que les dommages et aléas causés aux citoyens dont les biens ont été directement touchés pour la libération des emprises, on a réussi à isoler des personnes souvent présentées comme des «privilégiées» qui ont été grassement indemnisées pour leur participation à une entreprise d’utilité publique», relève l’association.
En marge du débat technique des coûts et de l’opportunité du projet, l’information et la désinformation auraient réussi à faire du lot de malheurs des compatriotes, une question strictement locale ne concernant qu’une minorité.
Lsd note une sous-évaluation à la fois qualitative et quantitative des impacts des travaux. Aussi, l’importance et la diversité des conséquences sur l’environnement et des Paps grandissent selon les résultats de l’étude, et prennent des formes largement au-delà des estimations officielles.
L’enquête révèle que le calcul des surfaces projetées pour les travaux est révélateur «d’un amateurisme flagrant, ignorant consciemment ou non, les conséquences sociales et économiques de leur désaffectation au profit du Ter».
«A cause d’une communication défaillante, les personnes affectées et celles potentiellement menacées sont dans l’ignorance de l’évolution et des im­pacts des travaux», regrette-t-on.

(LEQUOTIDIEN)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus