A la Une Afrique

Croissance moyenne de 8% au cours des deux dernières décennies au Rwanda (ministre des Finances)

La croissance économique du Rwanda, entre 2000 et 2018, a atteint une croissance moyenne de 8%. C’est ce qu’a indiqué le ministre rwandais des Finances, Uzziel Ndagijimana (photo) au cours du 17e Dialogue national tenu les 19 et 20 décembre 2019 à Kigali. Ce taux de croissance économique a été rendu possible grâce à 5 facteurs.

Premièrement, au niveau économique, le PIB est passé de 174 milliards francs rwandais (environ 183,4 millions $) à 2876 milliards francs rwandais (environ 3,03 milliards $) et le SMIG s’est multiplié par 3,5.

De plus, le budget intérieur a été multiplié par 26, passant de 73 milliards francs rwandais (environ 77,3 millions $) à 1970 milliards francs rwandais (environ 2,08 milliards $) ; ce qui a permis au pays d’être autosuffisant à 84 % au niveau du budget. Et le taux du seuil de pauvreté est passé également de 60 % à 38% en 2018.

Ensuite, au niveau de la santé, au cours de ces 18 dernières années, le Rwanda a enregistré un faible taux de mortalité maternelle et infantile, grâce à l’accessibilité de l’assurance maladie et l’augmentation d’infrastructures sanitaires. A cela s’ajoute l’augmentation de l’espérance de vie qui est passée de 49 ans en 2000 à 67 ans en 2018.
En outre, au niveau de l’éducation, on note l’augmentation de l’effectif dans les lycées et universités.
Concernant, les infrastructures, l’Etat rwandais a procédé à la réalisation de plusieurs infrastructures modernes faisant passer le nombre de bénéficiaires de 2% à 52%.

Au niveau politique, la bonne gestion économique et le développement qui ont caractérisé le pays, sont dus notamment à la politique efficace de lutte contre la corruption.

Par ailleurs, le pays est classé premier en Afrique au niveau de la croissance avec une forte croissance du secteur privé qui y contribue à 85 %, suivi des secteurs de l’agriculture, de l’industrie et des services.

Toutefois, selon les autorités rwandaises, il faut atteindre une croissance économique de 10% afin de relever le défi de l’emploi des jeunes. Pour y arriver, le pays compte miser sur les secteurs tels que l’agriculture, les industries et les services ; avec des productions agricoles de 8 %, 15 % pour les industries et 12 % pour les services.
(Ecofin)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus