A la UneAfriqueAgricultureAgro-industrieCommerceConsommationÉconomieElevageInternationale

Cours mondiaux des denrées alimentaires : L’Indice FAO des prix alimentaires reste stable en novembre

Les prix de référence des prix mondiaux des matières premières alimentaires sont restés globalement stables en novembre, la baisse des cours internationaux des céréales étant compensée par la hausse des prix des huiles végétales, a rapporté vendredi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’ Indice FAO des prix alimentaires , qui suit les variations mensuelles des prix internationaux d’un ensemble de produits alimentaires commercialisés à l’échelle mondiale, s’est établi en moyenne à 120,4 points en novembre, inchangé par rapport à son niveau du mois précédent et 10,7 pour cent de moins qu’en novembre 2022.

Le prix des céréales a diminué de 3,0 pour cent par rapport à octobre. Les prix internationaux des céréales secondaires ont chuté de 5,6 pour cent, entraînés par une forte baisse des prix du maïs, tandis que ceux du blé ont baissé de 2,4 pour cent en novembre. L’ Indice FAO des prix de l’ensemble du riz est resté stable d’un mois à l’autre, malgré des mouvements de prix contrastés selon les origines et les segments de marché.

Celui des huiles végétales a quant à lui augmenté de 3,4 pour cent par rapport à octobre. Les prix internationaux de l’huile de palme ont rebondi de plus de 6,0 pour cent en novembre, principalement soutenus par des achats plus actifs de la part des principaux pays importateurs et par une baisse saisonnière de la production dans les principaux pays producteurs. Les prix mondiaux de l’huile de tournesol ont augmenté modérément, tandis que les cours de l’huile de soja et de l’huile de colza ont légèrement baissé en novembre.

L’Indice FAO des prix des produits laitiers a augmenté de 2,2 pour cent par rapport à octobre, sous l’effet d’une forte demande d’importation de beurre et de lait écrémé en poudre de la part des acheteurs d’Asie du Nord-Est, ainsi que d’une demande intérieure accrue à l’approche des vacances d’hiver en Europe occidentale.

Le prix du sucre a augmenté de 1,4 pour cent d’un mois à l’autre, soit une moyenne en novembre de 41,1 pour cent supérieure à son niveau du même mois de l’année dernière, influencé par les inquiétudes accrues concernant les disponibilités exportables mondiales dans un contexte de détérioration des perspectives de production dans deux principaux pays exportateurs. Thaïlande et Inde, en raison des conditions météorologiques extrêmement sèches associées à l’événement El Niño.

Enfin l’Indice FAO des prix de la viande a chuté de 0,4 pour cent par rapport à octobre, reflétant de légères baisses des prix mondiaux des viandes de volaille, de porc et de bovins, principalement dues à l’abondance des disponibilités exportables.

Production céréalière record

La FAO a relevé ses prévisions pour les récoltes de cette saison dans un nouveau rapport sur l’offre et la demande de céréales , également publié vendredi. La production céréalière mondiale en 2023 est désormais estimée à 2 823 millions de tonnes, en hausse de 0,9 pour cent par rapport à l’année précédente et de 10,3 millions de tonnes au-dessus du précédent record atteint en 2021.

Des révisions à la hausse ont été apportées à la production de blé en Fédération de Russie et en Turquie ainsi qu’à celle de maïs aux États-Unis d’Amérique, tandis que les prévisions de production ont été quelque peu réduites pour l’Argentine et le Brésil. Dans le même temps, les prévisions concernant la production de maïs ont été revues à la baisse pour l’Union européenne et le Mexique. La FAO s’attend également à ce que la production mondiale de riz en 2023/24 augmente de 0,8 pour cent par rapport à la campagne de commercialisation précédente.

En prévision de la prochaine campagne, les semis de blé d’hiver de 2024 sont en cours dans les pays de l’hémisphère nord et, compte tenu de la baisse des prix des cultures, la croissance des superficies pourrait être limitée. Les semis des céréales secondaires de 2024 sont en cours dans les pays de l’hémisphère sud, avec des semis plus lents au Brésil mais une reprise en Argentine.

L’utilisation mondiale totale de céréales en 2023/24 devrait s’établir à 2 813 millions de tonnes, soit 1,1 pour cent de plus qu’en 2022/23.

D’ici la fin des saisons en 2024, les stocks céréaliers mondiaux devraient augmenter de 2,7 pour cent par rapport à leur niveau d’ouverture et atteindre un nouveau record. Sur la base des dernières prévisions, le ratio stock mondial de céréales/utilisation serait de 30,8 pour cent en 2023/24, ce qui indique un niveau d’offre globalement confortable.

Le commerce mondial de céréales en 2023/24 devrait se contracter légèrement pour atteindre 468,4 millions de tonnes, en baisse de 1,8 pour cent par rapport au niveau de 2022/23.

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus