A la UneAfriqueFMI

Cabo Verde : Le FMI conclut sa 3ième revue de l’accord de facilité élargie de crédit et approuve un décaissement 31,45 millions de dollars pour la résilience et la durabilité

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé Troisième revue de la performance du Cap-Vert dans le cadre du crédit étendu à 36 mois Accord de facilité (ECF) qui a été approuvé le 15 juin 2022 et approuvé la demande d’arrangement de 18 mois au titre du programme Résilience et Fonds de développement durable (RSF). L’achèvement de l’examen permet au autorités à retirer l’équivalent de 4,5 millions de DTS (environ 6 millions de dollars). L’accord au titre du RSF s’élève à 100 pour cent de la quote-part. (23,69 millions de DTS, soit environ 31,45 millions de dollars EU).

Au terme de la troisième revue, le Conseil d’administration a approuvé le demande des autorités de modification des dates de fin décembre 2023 et fin juin Critères de performance 2024.

La performance du Cabo Verde dans le cadre de la FEC est solide. L’économie a rebondi fortement en 2022, avec une croissance du PIB réel de 17,1 pour cent, mais modérée à 4,5 pour cent en 2023, à mesure que la croissance des exportations se normalise.

L’inflation est devrait atteindre 3 % d’ici fin 2023, à mesure que les prix du carburant et des produits alimentaires baisseront. Le le déficit du compte courant devrait se creuser en 2023 à mesure que les exportations de biens et les services, le tourisme et les envois de fonds croissent plus lentement que les importations. Le Le budget 2024 est aligné sur le programme soutenu par la FEC. La Banque de Cabo Verde (BCV) a encore resserré sa politique monétaire pour réduire les taux d’intérêt différentiel avec la Banque centrale européenne (BCE) pour protéger l’ancrage.

RSF soutiendra les efforts du gouvernement pour mettre en œuvre des mesures macro-critiques. réformes climatiques et catalyser les financements privés pour l’adaptation au climat et transition. Le programme soutiendra les mesures de réforme des autorités en cinq domaines :

  • renforcer la gouvernance politique en matière de changement climatique ;
  • améliorer la résilience physique et budgétaire ;
  • renforcer l’atténuation et la résilience en promouvant l’efficacité énergétique et la transition vers les énergies renouvelables ;
  • promouvoir l’adaptation en garantissant des conditions écologiques et économiques durabilité des ressources en eau et planification du climat à long terme impacts; et (v) renforcer la résilience du secteur financier au changement climatique changement.

Les perspectives sont incertaines et soumises à des risques baissiers qui pourraient émaner de la demande affaiblie sur les principaux marchés touristiques et des chocs de prix externes. Les risques budgétaires pourraient également provenir de l’incapacité à faire avancer les projets d’État. réformes des entreprises publiques ou réduction des efforts de consolidation budgétaire.

Les effets du changement climatique – un risque clé à moyen terme – sont mis en évidence dans les dernières années de sécheresse. Le risque élevé de surendettement global du pays est source de vulnérabilité et donc de financements concessionnels pour limiter l’endettement le coût de l’entretien est important. En revanche, une croissance plus forte du tourisme pourrait conduire à une activité économique globale plus élevée.

A l’issue des délibérations du Directoire, M. Bo Li, Directeur Général Adjoint Directeur et président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« L’activité économique s’est rapidement redressée au Cap-Vert après la COVID et la les perspectives à court terme sont favorables malgré les risques baissiers. Inflation décéléré plus rapidement que prévu au moment du deuxième examen, malgré les répercussions de la guerre en Ukraine sur la nourriture, le carburant et les coûts de transport. Des risques pèsent encore sur les perspectives, notamment liés à d’éventuels la baisse de la demande extérieure des principaux marchés touristiques et les chocs liés au changement climatique.

La performance et l’appropriation du programme ont été solides. Tous les critères de performance ont été atteints, et toutes les réformes structurelles appuyées par le programme ont également été réalisées.

La politique budgétaire repose sur un équilibre approprié entre consolidation pour placer la dette sur une trajectoire descendante, tout en protégeant vulnérables et investir dans des projets prioritaires pour la croissance future.

Les objectifs budgétaires à moyen terme dépendent des progrès de la politique intérieure. mobilisation des recettes, rationalisation des exonérations fiscales, augmentation l’efficacité des projets d’investissement public et l’amélioration de la gestion de la dette. Des progrès constants dans les réformes des entreprises publiques restent essentiels pour réduire les risques budgétaires et l’amélioration des services.

La politique monétaire reste, à juste titre, axée sur la sauvegarde de l’ancrage. Le secteur financier reste stable dans une perspective à moyen terme. Banques’ la rentabilité a été positive et les PNP ont maintenu la tendance à la baisse depuis 2016. Il est conseillé aux autorités de continuer à travailler avec les banques pour faciliter la résolution des PNP. Mesures pour améliorer l’autonomie, la gouvernance et le cadre de responsabilité de la banque centrale et renforcer le cadre de LBC/FT ce cadre et son efficacité restent cruciaux.

Les autorités sont encouragées à poursuivre leurs ambitieux projets structurels. programme de réforme pour s’adapter aux défis posés par le changement climatique, réduire le coût des affaires et accélérer les réformes des entreprises publiques. Les autorités capverdiennes sont encouragées à poursuivre leur solide programme de mesures mesures de réforme dans le cadre de l’accord RSF, et de tirer parti des synergies avec autres financements publics et catalyser davantage de financements publics et privés pour les efforts d’atténuation et d’adaptation au changement climatique.

En conclusion :

  • Le Conseil d’administration du FMI a achevé la troisième revue de l’accord de facilité élargie de crédit (FEC) de 36 mois avec Cabo Verde, donnant au pays accès à 4,5 millions de DTS (environ 6 millions de dollars), et a approuvé un accord de 18 mois dans le cadre du programme de résilience. et Fonds de durabilité (RSF), à hauteur de 100 pour cent de la quote-part (23,69 millions de DTS, soit environ 31,45 millions de dollars américains).
  • Les résultats du programme de réforme économique sont solides et les autorités prennent des mesures pour renforcer encore le programme. L’activité économique post-Covid s’est rétablie avec le retour du tourisme dans les îles.
  • Le FSR soutiendra les efforts du gouvernement pour mettre en œuvre des réformes climatiques macro-critiques et catalyser les financements privés pour l’adaptation et la transition climatiques.

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus