A la Une Afrique Agriculture Agro-industrie Commerce Elevage

Burkina : la filière du karité majoritairement féminine réalise plus de 60 millions de dollars d’exportations

Le Projet d’appui au développement intégré de la filière karité pour l’autonomisation économique des femmes (PADIFK), mis en œuvre entre 2016 et 2019 au Burkina Faso, a stimulé les exportations des produits du karité, selon un rapport de la Banque africaine de développement publié le 16 juillet.

Les revenus des exportations de la filière sont ainsi passés de 52,7 millions de dollars américains en 2016 à 61,8 millions de dollars en 2019.

Le PADIFK, financé à hauteur de 993 000 dollars par un don du Fonds d’assistance au secteur privé africain (FAPA), avait pour objectif d’organiser, de structurer en organisations faîtières et d’accompagner le développement d’au moins 100 organisations réparties le long de la chaîne de valeur du karité au Burkina Faso.

Il visait ainsi à favoriser le développement de la filière par une approche intégrée pour renforcer les capacités des acteurs des différents maillons de la chaîne de valeur, dont 90% sont des femmes.

Au terme de la réalisation du projet, les acteurs ont été organisés en maillon et en interprofession. Le réseau mis en place est désormais opérationnel. Le PADIFK a également amélioré l’accès au crédit des acteurs de la collecte et de la transformation du karité auprès des institutions financières. Il a aussi élargi l’accès au marché des acteurs de la filière karité si bien que la valeur des produits exportés a fortement augmenté.

La filière burkinabè produit 400 000 tonnes d’amandes de karité par an. Elle est maintenant organisée et structurée en trois maillons : production (collecte et production des amandes), transformation (savon, beurre de karité et d’autres produits dérivés), et distribution/commercialisation (vente des amandes, et produits cosmétiques à base du beurre de karité, exportation) et interprofession qui en est donc la faîtière. Les différents maillons ont reçu leur récépissé de reconnaissance officielle en 2019.

Les principaux produits exportés par la filière sont les amandes, le beurre et les produits cosmétiques. Les principales destinations sont la France, le Ghana, la Malaisie, les Pays‑Bas et l’Allemagne pour le beurre. Les amandes sont exportées en grande partie vers le Danemark, le Ghana, le Togo et l’Inde, les produits cosmétiques vers le Togo, la France et les États-Unis.

Au total, 150 000 membres des organisations ont bénéficié du PADIFK en 2019, dont 90% de femmes.

Le projet a eu un effet direct sur l’autonomisation économique des milliers de femmes bénéficiaires en améliorant leurs revenus. Il a permis le renforcement des sources d’emploi dans la filière karité, de la collecte à la commercialisation en passant par la transformation et la valorisation des produits de karité.

Le Burkina Faso est le deuxième producteur mondial d’amandes de karité derrière le Nigéria avec une production annuelle de 450 000 à 600 000 tonnes. Les « acteurs du karité » et « bénéficiaires » sont essentiellement des femmes et jeunes filles. La filière karité est essentiellement, voire exclusivement occupée par les femmes; cela à toutes les étapes de la filière et la plupart des hommes qui ont pris part aux activités du projet appartiennent à des associations féminines.

APO

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus