A la Une Afrique Agriculture Agro-industrie Développement

Burkina Faso : la filière anacarde bénéficiera d’un projet de 550 millions Fcfa pour son développement

Au Burkina Faso, le secteur de la noix de cajou profitera d’un nouveau projet pour accroître sa contribution à l’économie. L’initiative d’une durée de 2 ans permettra notamment de renforcer les segments de la transformation et de la commercialisation du produit.

Au Burkina Faso, un nouveau programme sera lancé pour soutenir les compagnies actives dans la filière noix de cajou. Ce projet baptisé « Initiative de renforcement de capacités productives des entreprises de la filière anacarde (IRCP-Anacarde) » s’étendra sur deux ans pour un coût global de 550 millions Fcfa.

Le protocole d’accord pour sa mise en œuvre a été signé le 13 novembre dernier entre le Conseil burkinabè de l’anacarde (CBA) et l’Agence de financement et de promotion des petites et moyennes entreprises (AFP-PME).

Il sera mis en œuvre en trois volets, avec un appui financier à hauteur de 200 millions Fcfa pour faciliter l’acquisition d’équipements de base par les petites entreprises de transformation. Le second axe portera sur le renforcement de capacités avec un montant de 300 millions Fcfa pour le financement des activités des compagnies notamment dans la commercialisation. La dernière composante s’accentuera sur la formation. Les principales zones d’intervention sont les régions des Cascades, des Hauts-Bassins, le Centre-Ouest et le Sud-Ouest.

Pour rappel, la noix de cajou forme avec le coton, le sésame et le karité, le quatuor des principaux produits agricoles exportés par le Burkina Faso. En 2019, le pays a produit 95 000 tonnes de la matière première.

Ecofin

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus