A la UneAfriqueCroissanceÉconomieFMI

Bénin : la fermeture de la frontière avec le Niger impacte la croissance (FMI)

Selon le FMI, le Bénin fait face à des vents contraires liés à la fermeture de la frontière avec le Niger et aux changements de politique post-électoraux au Nigeria. Des influences qui ont poussé l’institution à revoir à la baisse les perspectives de croissance du pays.

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse les perspectives de croissance du Bénin, qui passent de 6% à 5,6 % en 2023, en raison de la situation sociopolitique qui prévaut dans la sous-région. C’est ce qui ressort du communiqué de l’institution, publié le jeudi 26 octobre.

« Après une forte dynamique au cours du second semestre, le Bénin est confronté à des vents contraires liés à la fermeture de la frontière avec le Niger, dans un contexte de sanctions régionales contre ce pays et de changements de politique post-électoraux au Nigeria », a signifié le Fonds. Tout en appelant les autorités béninoises à rester vigilantes face aux retombées socio-économiques et financières de ces chocs.

En ce qui concerne la Loi de finances 2024 du pays, le FMI a considéré qu’elle est conforme à l’objectif des autorités de converger vers la norme de déficit budgétaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) de 3 % du PIB d’ici 2025, soutenue par la mobilisation des recettes. En effet, le gouvernement béninois table sur un déficit budgétaire à 3,7% en 2024 contre 4,3% du PIB estimé pour la fin de 2023, avec un budget d’Etat présentant une hausse de 12,8% des ressources.

A l’issue d’une mission d’une dizaine de jours à Cotonou, dans le cadre de la troisième revue d’un programme mixte conclu avec le Bénin en 2022, l’institution de Brettons Woods a adressé un satisfecit au gouvernement béninois pour les progrès réalisés. Un accord de principe a été convenu entre les deux parties pour le décaissement d’environ 134 millions $ en faveur du programme MEDC/FEC et d’un nouvel accord de 24 mois au titre de la facilité pour la résilience et la viabilité (RSF). Cette RSF a pour objectif de soutenir l’ambitieux programme climatique des autorités béninoises, indique le communiqué.

Pour rappel, en 2022, ce pays d’Afrique de l’Ouest a bénéficié d’un programme financier mixte au titre des accords du mécanisme élargi de crédit (MEDC) et de la facilité élargie de crédit (FEC) d’une valeur globale de 658 millions $. Celui-ci vise à aider l’Etat béninois à répondre à ses besoins urgents de financement tout en soutenant la mise en œuvre du plan national de développement et en mobilisant davantage de ressources auprès des donateurs.

Ecofin

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus