A la UneAfriqueCroissanceÉconomie

Afrique subsaharienne : Fitch Solutions prévoit un rebond de la croissance économique en 2024, à 3,9%

L’amélioration de l’activité économique attendue dans la région en 2024 sera essentiellement favorisée par le reflux de l’inflation, l’amélioration de l’appétit pour le risque des marchés émergents et l’assouplissement monétaire dans la plupart des pays de la région.

Fitch Solutions a estimé, dans un rapport publié le 13 septembre, que la croissance économique en Afrique subsaharienne devrait ralentir à 3% en 2023 contre 3,6% en 2022, avant de rebondir en 2024, à 3,9%.

Une inflation élevée, des conditions financières tendues et la faiblesse des monnaies nationales par rapport aux devises fortes devraient continuer à peser sur l’activité économique durant le deuxième semestre de l’année en cours, notamment dans les deux principales puissances économiques de la région.

L’Afrique du Sud devrait en effet enregistrer une croissance atone de 0,5% en 2023 contre 1,9% en 2022.

Au Nigeria, la croissance du PIB devrait aussi se limiter à 2% cette année contre 3,3% durant l’année écoulée, en raison notamment de la baisse attendue de la demande intérieure, consécutive aux réformes structurelles engagées par le président, dont la suppression des subventions sur le carburant, l’unification du taux de change de la monnaie nationale.

Filiale de l’agence de notation Fitch Ratings spécialisée dans la recherche et l’analyse des données financières, Fitch Solutions s’attend d’autre part à ce que l’économie angolaise enregistre une contraction de 0,7 % en 2023, après une croissance de 3,1 % en 2022.

L’économie ghanéenne devrait, quant à elle, enregistrer une croissance de 3% cette année contre 3,1% en 2022.

A l’inverse, la croissance du PIB du Kenya devrait s’accélérer pour s’établir à 5% en 2023 contre 4,8% en 2022.

Pour 2024, Fitch Solutions s’attend à ce que l’accélération de la croissance économique attendue en Afrique subsaharienne découle du reflux de l’inflation, de l’amélioration de l’appétit pour le risque des marchés émergents et de l’assouplissement monétaire dans la plupart des pays de la région.

Ecofin

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus