A la UneAfriqueAgricultureÉconomieSénégal

Sénégal-Collecte des arachides et du coton, prochaine campagne agricole : Les besoins de financement estimés à cent milliards de FCFA

Pour relever le défi, relativement à la campagne agricole 2023-2024, le ministre des Finances et du Budget, a voulu que le point lui soit fait. Le Directeur de l’Agriculture a, alors, été invité à faire «le point de l’état de mise en œuvre des mesures prises par le Gouvernement du Sénégal au titre des campagnes de production agricole et des perspectives concernant les délais de disponibilité des statistiques de production indispensables pour une bonne appréciation des besoins de financement».

Lesdits besoins, il les a chiffrés, dans son allocution prononcée lors de la 40e session du Conseil National du Crédit (CNC) du Sénégal qui s’est tenu hier. «Les besoins de financement pour la collecte des arachides et du coton graines, au titre de la prochaine campagne agricole, sont estimés à une centaine de milliards de FCFA».

Pour la mobilisation de ces ressources nécessaire, Mamadou Moustapha Ba, le ministre en charge des Finances et du Budget d’inviter «le Directeur général de la SONACOS et le représentant du Directeur Général de la SODEFITEX absent du territoire national, à faire part au Conseil National du Crédit de leur évaluation des perspectives de collecte et de financement ainsi que de leurs recommandations pour l’atteinte des objectifs de collecte qu’ils se sont fixés, à l’aune des enseignements tirés de la campagne précédente».

Il leur a notifié qu’il «attache une grande importance aux échanges sur ces enseignements, au regard notamment des mesures que le Gouvernement compte prendre pour apporter les correctifs nécessaires aux préoccupations notées l’année dernière en particulier au niveau de la filière arachidière». Des préoccupations qui, selon lui, «ont trait notamment à la réorganisation de la collecte et au juste équilibre à trouver en ce qui concerne l’implication des acheteurs étrangers dans le circuit de commercialisation».

Le ministre chargé des Finances et du Budget a, cependant, pris l’engagement de demander, ensuite aux Directeurs Généraux de La Banque Agricole et de la BNDE, principales banques impliquées dans le financement de la commercialisation agricole, de faire le point des mesures prises ou envisagées par leurs banques en vue de faire face aux besoins exprimés par les acteurs.

«Nos échanges devront s’appesantir sur les conditions à réunir pour l’implication élargie du système bancaire au financement de la prochaine campagne, au travers notamment de la mise en place d’un pool bancaire», a-t-il confié à l’Assemblée.

Ce fut l’occasion pour lui d’évoquer, pour le rappeler, les efforts substantiels déployés par l’Etat au titre de la subvention des intrants agricoles pour un montant global de 100 milliards FCFA.

Ce sont, «39 milliards pour les engrais ; 28 milliards pour les semences ; 17 milliards pour les céréales et les espèces diverses ; 7 milliards pour les semences de pomme de terre ; 2,3 milliards pour le soutien aux producteurs de coton», a indiqué le ministre.

Cette enveloppe, indique-t-il, a permis de relever le niveau de la subvention entre 37,50 et 100% selon le type d’intrants (semences ou engrais) contre 50 % et 55% en 2022. Il y a lieu également de souligner l’enveloppe de 85 milliards FCFA dégagée pour l’acquisition notamment de tracteurs et de moissonneuses batteuses

Vox Populi

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus