A la Une Afrique Internationale Nominations Pétrole Production

Pétrole : Le Congo-Brazzaville assurera la présidence de l’Opep en 2022

L’un des quatre principaux producteurs de l’or noir au sud du Sahara, le Congo-Brazzaville, qui a adhéré à l’Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) en 2018, assurera l’année prochaine la présidence tournante de cette organisation qui compte treize États membres. L’annonce a été faite par son secrétaire général, Mohammed Barkindo, qui vient d’effectuer une visite à Brazzaville. Une présidence avec un agenda chargée, selon Brazzaville.

Sous la présidence congolaise de l’Opep, le débat sur l’accès à l’énergie va connaître une autre dimension, promet Bruno Jean-Richard Itoua, ministre congolais des Hydrocarbures, qui mise sur l’émergence d’un grand pôle gazier sur le continent africain en vue de corriger un grand déficit. « Près de 600 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité et 900 millions d’Africains n’ont pas accès au gaz combustible propre pour faire la cuisine et d’autres choses, c’est un sujet qui ne peut pas nous séparer. C’est un sujet devant lequel, nous devons tous voir comment combler ce gap le plus rapidement possible », a-t-il déclaré.

Sous sa présidence le Congo espère que sur le plan de l’économie mondiale le coronavirus aura des conséquences plus limitées que maintenant. « L’année prochaine, nous espérons que nous allons commencer à sortir des conséquences désastreuses du Covid et de leur impact sur les ressources naturelles. Le pétrole sera au cœur des sujets en fonction de l’évolution de la maladie », a ajouté Bruno Jean-Richard Itoua.

Le ministre est revenu longuement sur le rôle que joue l’Opep depuis sa création, il y a 60 ans, pour réguler le marché mondial du pétrole. Un marché qui connaît des chocs ; le dernier en date étant celui de 2014. « Elle a permis enfin de vendre le pétrole à un prix qui permet aux États de recueillir le maximum de revenus. C’était çà la bagarre. Petit à petit, ils ont pesé sur le marché pour en devenir le principal gendarme ; non pas forcément pour avoir des prix faramineux, mais le juste prix, puis la juste répartition », a-t-il commenté.

Au sujet de la stabilisation des prix du pétrole sur le marché mondial, le secrétaire général de l’Opep Mohammed Barkindo a appelé les États membres et non membres à parler d’une même voix.

« Même si nous nous définissons en tant qu’Opep et que tous les pays producteurs ne sont pas membres de notre organisation, nous appelons toujours les autres États à collaborer pour assurer la stabilité des marchés pétroliers mondiaux, sur des bases durables.», a-t-il dit.

L’OPEP compte treize membres, dont sept venant du continent africain.

(RFI)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus