A la Une Afrique Banques Crédit-bail Finances

Les banques marocaines appliquent des taux d’intérêt faibles en faveur des jeunes

Au Maroc, un vaste programme d’aide aux jeunes porteurs de projets et aux petites entreprises a été lancé le 29 janvier dernier. Basé sur des solutions de financement à des taux d’intérêt historiquement bas, c’est une révolution, au sein du système bancaire, qui se met en place dans un pays où le chômage atteint les 26% chez les 15-24 ans, contre moins de 10% de moyenne nationale. Avec des taux d’intérêt plafonnés à 1,75% pour les bénéficiaires en zone rurale et à 2% en milieu urbain, il s’agit du plus faible taux jamais appliqué dans le pays.

Un dispositif pour favoriser l’accès aux crédits bancaires

Impulsée par le roi Mohammed VI, cette décision, qui s’inscrit dans le cadre d’un large programme intégré d’appui et de financement des entreprises, vise essentiellement à promouvoir l’entreprenariat et à créer de opportunité d’emploi. Il s’agit de marquer une rupture dans le rapport des jeunes aux crédits bancaires.

En octobre dernier, à l’occasion de la rentrée parlementaire, le souverain chérifien avait appelé les banques marocaines à « s’associer à l’effort de développement » du pays, insistant sur sa volonté de mettre en place un nouveau modèle de développement socio-économique centré sur l’égalité sociale entre le milieu urbain et rural et l’amélioration des perspectives de la jeunesse.

C’est désormais chose faite. Selon un communiqué conjoint du ministère de l’Economie et la banque centrale, Bank Al-Maghrib, ainsi que le groupement des banques marocaines (GPBM), publié mercredi dernier, cette nouvelle mesure sera adossé à des dispositions simplifiant l’accès au crédit telles que la mise en place d’un mécanisme de refinancement illimité ou encore le relèvement du taux de garantie.

Une jeunesse dont le Maroc veut améliorer l’employabilité

« Pensé pour renforcer la place du secteur bancaire dans la redynamisation de l’économie nationale, ce programme devrait contribuer à la création annuelle de 27.000 nouveaux postes, en accompagnant 13.500 nouvelles entreprises », souligne le ministre marocain des Finances et de l’Économie, Mohamed Benchaâboun.

Au Maroc plus de 4 jeunes urbains sur 10, soit 43,2%, âgés de 15 à 24 ans sont au chômage, selon les dernières données officielles révélées par le Haut-commissariat au plan (HCP).

Doté d’une enveloppe de 6 milliards de DH (environ 550 millions d’euros), sur trois ans, cofinancée par l’Etat et le secteur bancaire, le « Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat » a pour ambition d’améliorer les perspectives d’avenir et les conditions de vie de la jeunesse marocaine en particulier chez les jeunes urbains et les diplômés.

Pour appuyer cette mesure financière, le Fonds Hassan II mettra à disposition 2 Milliards de DH (180 millions d’euros) supplémentaires sans intérêt, destiné au monde rural, en vue d’obtenir des taux encore plus préférentiels pour ce segment.

Avec ce dispositif intégré, le royaume chérifien espère redonner un nouvel élan à l’économie nationale et booster la création d’entreprise dans le pays.
(Ecofin)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus