A la Une Afrique Banques Finances Finances publiques Uemoa & Cedeao

Le Nigeria va rapatrier 308 millions $ de fonds détournés par l’ancien dictateur Sani Abacha

Le Nigeria va rapatrier 308 millions $ de fonds détournés par l’ancien dictateur Sani Abacha (photo), a-t-on appris d’un communiqué publié par le ministère américain de la Justice, lundi.

La nouvelle opération est le résultat d’un accord tripartite signé entre le Nigeria, le gouvernement américain et les autorités de l’île anglo-normande de Jersey. Elle entre dans le cadre d’une décision de la justice américaine datant de 2014, et autorisant le prélèvement de 500 millions $ sur les comptes de Sani Abacha dans le monde entier.

L’ancien général qui a dirigé le pays de 1993 à sa mort en 1998 est accusé d’avoir détourné au total 2,2 milliards $ de la Banque centrale du Nigeria.

Les nouveaux fonds devraient servir à financer trois projets d’infrastructures initiés par le gouvernement du président Buhari. Il s’agira de la construction du deuxième pont sur le fleuve Niger, de l’autoroute Lagos-Ibadan et de la route Abuja-Kano ; des investissements « qui profiteront aux citoyens de chacune de ces régions importantes du Nigeria ».

« L’accord historique d’aujourd’hui restitue au peuple nigérian, à travers un processus légal qui garantit la transparence et la responsabilité, des centaines de millions de dollars détournés », a à cet effet déclaré Brian A. Benczkowski, le procureur général adjoint de la division criminelle du ministère américain de la Justice.

Rappelons qu’il y a quelques mois, les autorités nigérianes avaient déjà annoncé le rapatriement de 321 millions $ détournés par l’ex-dictateur et détenus en Suisse. D’après les autorités nigérianes, cette somme servira à mettre en œuvre le programme national de filets de protection sociale

(Agence Ecofin)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus