Afrique Finances Uemoa & Cedeao

La presse et la société civile du Sénégal à l’école de la fiscalité

Le Centre d’études et de recherches sur l’ingénierie juridique et financière (CERIF) compte créer une masse critique d’acteurs qui réfléchissent sur les problématiques fiscales, a fait savoir, mercredi, son directeur, Pr Abdou Aziz Daba Kébé.

« Nous voulons créer une masse critique d’acteurs réfléchissant sur les problématiques de fiscalité, car il n’y a pas assez de débats sur la question », a-t-il dit lors d’un atelier de formation des journalistes et des acteurs de la société civile sur la fiscalité.

Selon lui, l’UEMOA considère que la démocratie n’est pas exclusivement une question de séparation de pouvoir ou de mandat, mais qu’elle concerne également la fiscalité.

Ce programme de formation s’inscrit dans la dynamique d’améliorer la justice fiscale, pour augmenter le niveau de mobilisation des ressources domestiques, a-t-il expliqué.

« Il existe une misère de production scientifique sur la fiscalité. Pour pallier à cela, nous voulons participer à la formation des chercheurs sur les problématiques des fiscalités », a-t-il fait valoir.

Malgré la performance de l’administration fiscale, Abdou Aziz Daba Kébé a reconnu les difficultés du Sénégal, notamment en matière de pression fiscale qui tourne autour de 15%, en lieu et place du minimum international de 30%.

Il a également souligné l’importance de la fusion des offices adoptée dans plusieurs pays africains, qui reste selon lui, une formule intéressante en termes de mobilisation des ressources fiscales.

« L’importance de cet atelier est de faire planer les débats fiscaux et sur les finances publiques au niveau de la presse », a soutenu, Mohamed Nagip Diop, chercheur en fiscalité internationale.

Selon lui, « c’est le moment ou jamais pour la presse de s’imprégner de la question en vue de mener des débats au sein des rédactions ».

« Le taux de pression fiscale au Sénégal n’est pas assez élevé et aujourd’hui, il y a d’autres impacts qui viennent greffer notre système budgétaire. D’où l’importance pour les journalistes de connaître davantage ce qui se fait à ce propos’’, a-t-il indiqué.

L’associé au programme Sénégal d’Open society initiative for West africa (OSIWA), Frédéric Ndecky, a pour sa part souligné que cet atelier va permettre aux journalistes et acteurs de la société civile, de « comprendre davantage », l’importance de la fiscalité dans la politique économique du pays.

« On se rend compte qu’il y a du travail à faire pour avoir l’expertise qu’il faut dans le domaine de la fiscalité », a-t-il dit.

Pour lui, en termes d’informations, le besoin reste réel, d’où la nécessité de cibler les professionnels des médias, en vue d’informer et de donner de la matière aux Sénégalais à ce sujet.
APS

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus