A la Loupe A la Une Entretien Finances publiques Immobilier & Habitat Infrastructures Sénégal

Inondations à Dakar, Code de l’urbanisme et de la construction, éligibilité au projet 100 000 logements : Les explications de Abdoulaye Sow

Invité de l’émission «JDD» dimanche 29 août, ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdoulaye Saydou Sow a fait savoir que l’Etat prendra ses responsabilités pour évaluer le travail des entreprises en charge de l’évacuation des eaux à Keur Massar. Il a aussi parlé du code de l’urbanisme et de la construction et les critères d’éligibilité au projet 100 000 logements, entre autres sujets.

Face aux inondations qui ont frappé à nouveau Keur Massar malgré le décaissement de près de deux milliards par l’Etat du Sénégal pour l’évacuation des eaux, une évaluation va être faite et les responsabilités seront situées. C’est le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’Hygiène Publique qui l’a fait savoir hier, dimanche 29 août. Abdoulaye Saydou Sow était l’invité de l’émission «Jury du Dimanche» sur IRadio. «L’Etat fonctionne sur la base des principes. Ceux qui sont attributaires des marchés, il y a des clauses qui permettent d’évaluer leur travail et les services techniques et les ministères concernés le feront au moment opportun. L’essentiel, aujourd’hui, c’est qu’au-delà de toutes les défaillances constatées, l’Etat a pris des mesures pour faire face. C’est ça aussi la conséquence du déclenchement du Plan ORSEC », a déclaré Abdoulaye Saydou Sow.

Toutefois, selon lui, il ne faut pas «politiser» le débat sur les inondations. «Dans un débat comme celui-là, les gens se réfèrent toujours à un débat politicien ou politique. Or, la question des inondations aujourd’hui est une question mondiale. Tout le monde sait que les changements climatiques ont produit des conséquences désastreuses à tous les niveaux. Vous suivez les inondations en Allemagne, en Belgique, aux Etats-Unis qui ont mis énormément de moyens mais vous voyez aujourd’hui tout le système a été périclité par le changement climatique. Il ne faut pas qu’on occulte ce débat. Maintenant, le débat local, c’est-à-dire les investissements pour faire face aux inondations, dès que le Chef de l’Etat est arrivé au pouvoir, il y a eu le plan décennal de lutte contre les inondations. Cela a été une bonne avancée», a-t-il rappelé.

Le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’Hygiène Publique est aussi revenu sur la problématique du loyer au Sénégal. Sur ce, il a annoncé qu’un code de l’urbanisme et de la construction est en gestation. «Le prix du loyer suit les conditions qu’offre le marché. C’est les conditions de l’offre et de la demande. C’est pourquoi il faut travailler sur ça. C’est d’ailleurs le sens de tout le projet 100.000 logements. Nous sommes obligés de mettre des normes et de les faire respecter. Nous sommes en train de travailler sur le code de l’urbanisme et de la construction. le Chef de l’Etat nous a demandé de le réformer profondément. Dans les mois à venir, nous le proposerons au conseil des ministres. Nous y mettrons un dispositif incitatif mais aussi un dispositif coercitif qu’il faut faire appliquer», a fait savoir Abdoulaye Saydou Sow.

«L’ETAT CONTINUERA A PRENDRE LES CHARGES LOCATIVES DE L’IMMEUBLE DES HLM MARISTES»

Il a également annoncé l’indemnisation des anciens occupants de l’immeuble des HlM Maristes démoli pour «des raisons de sécurité». «Si nous continuons à faire croire qu’on peut tout de suite les reloger, ce sera encore une vue de l’esprit. Je ne peux pas m’engager immédiatement sur cette question. le Chef de l’Etat nous propose une chose : «mettez à la disposition d’autres promoteurs qui le veulent, vous vendez cette propriété et ce que nous avons».

Le budget du Sénégal peut participer et qu’on les indemnise. Chacun reprenne sa liberté. Je leur ai fait cette proposition et cette proposition a été majoritairement acceptée. Tant que ce n’est pas encore vendu, l’Etat continuera à prendre les charges locatives. le directeur général de SN Hlm devrait les recevoir pour leur expliquer tout ce cadre-là ensuite moi-même, je vais les recevoir, on va tout finaliser», a-t-il laissé entendre. Quant au projet 100.000 logements, le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’Hygiène Publique est revenu sur les critères d’éligibilité. «Ce sont d’abord ceux qui n’ont jamais eu de maison. Ceux qui n’ont jamais accédé à la propriété et qu’ils soient dans un revenu inférieur à 450 000 F.

Au-delà de 450 000 F, vous avez tous les moyens pour acquérir un prêt à la banque mais qu’on ne soit pas aussi confinés dans cette partie qui nous caractérise tout simplement sur des personnes qui ont un revenu fixe. les commerçants qui sont dans les rues, les Sénégalais qui travaillent dans l’agriculture, le pêcheur, il faut aussi qu’on réfléchisse sur ça et qu’on évalue leur bien et que si ça ne dépasse pas 450 000 F par mois qu’on puisse aussi les intégrer dans le projet et en les faisant garantir par le fonds pour l’habit social», a dit Abdoulaye Saydou Sow. Sur ce, il a rappelé la signature avec l’entreprise EGI à Abu Dhabi qui fixe au moins «50.000 logements sur les deux ans»

(SUDQUOTIDIEN)

Dans la même rubrique

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus