A la Une Afrique Industrie Matières Premières Mines Mining, Oil & Gas Production

Baisse de production, déficit : Docteur Cuivre à son plus haut prix depuis 2014

Le 23 novembre dernier, l’International Copper Study Group (ICSG) a publié son rapport mensuel sur l’état du marché du cuivre. De la baisse de la production minière mondiale au déficit d’environ 293 000 tonnes, les conclusions du rapport ont contribué à faire monter le prix du métal rouge à 7 400 dollars/tonne, un niveau que «Docteur Cuivre» n’a plus atteint depuis 2014.

Ce qu’il faut retenir du rapport

Selon les données de l’ICSG, la production minière mondiale de cuivre a baissé de 0,8% pour les huit premiers mois de l’année 2020. En avril et mai, les deux mois les plus touchés par les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, la production a chuté de 4% en raison des arrêts temporaires ou de la réduction des capacités de certaines mines.

Au Pérou, deuxième producteur mondial, les arrêts liés à la crise sanitaire et d’autres problèmes opérationnels ont entrainé une baisse de 16,5% du rendement cumulé des mines entre janvier et août (38% en avril-mai). D’autres pays comme l’Australie, le Mexique ou encore les Etats-Unis ont également vu leurs productions baisser.

Au Chili la production a par contre augmenté de 0,5% dans la période. Des pays comme la RDC ou le Panama ont également vu le rendement de leurs mines augmenter de manière significative. En Indonésie, la production minière de cuivre a aussi augmenté de 23%.

Dans le même temps, la production de cuivre raffiné a augmenté légèrement de 1,2% grâce aux bonnes performances de pays comme le Chili, la Chine, la RDC ou encore la Zambie. Si l’utilisation de cuivre raffiné a également augmenté de 1%, le rapport indique un déficit apparent de 293 000 tonnes.

Le prix du cuivre à son plus haut depuis 2014

Mercredi 25 novembre à la Bourse des métaux de Londres, le cuivre est remonté à plus de 7 400 dollars la tonne, un niveau qu’il n’a plus jamais atteint depuis janvier 2014 et une hausse de près de 60% par rapport au prix de mars 2020. Le marché a réagi au déficit de 293 000 tonnes entre janvier et août indiqué par l’ICSG dans son rapport.

En outre, cette hausse est également à mettre à l’actif des annonces de vaccins contre la Covid-19, ce qui donne des espoirs de retour à la normale de l’économie mondiale. Aussi, avec le redémarrage des activités en Chine, l’Empire du Milieu importe des quantités record de cuivre, ce qui fait augmenter la demande.

La tendance du marché semble aller dans le sens des prévisions de certains analystes. Par exemple, George Daniel, gestionnaire de fonds chez Red Kite Capital Management, indiquait en septembre dernier que le métal rouge pourrait atteindre bientôt 7 500 dollars/tonne. « C’est comme si nous entrions dans une période où il n’y a tout simplement pas assez de cuivre […], car la Chine absorbe tout », avait-il expliqué. De leur côté, les experts de Citigroup prévoyaient 8 000 dollars si l’offre mondiale ne comble pas rapidement la demande.

Pour ce qui est de savoir si la tendance actuelle sera durable, il faudra attendre de voir si le déficit pourra être rapidement comblé. Certains observateurs du marché jouent d’ailleurs la carte de la prudence, prédisant même un excédent mondial dès l’année prochaine. Une chose est certaine, «Docteur Cuivre» continuera d’être un bon indicateur de la santé de l’économie mondiale.

Ecofin

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus