A la Une Afrique Agriculture Développement Innovation

Agriculture-Innovation : au Cameroun, une machine à pluie artificielle, solution contre la sécheresse

Le Docteur Venatius Wirkom Kihdze a mis au point Kisha, une machine capable de provoquer des précipitations à partir de l’augmentation de l’humidité de l’atmosphère. Il entend ainsi améliorer les rendements agricoles en période de sécheresse au Cameroun.

Au Cameroun, le Docteur Venatius Wirkom Kihdze a trouvé un moyen d’aider les agriculteurs locaux en concevant une machine à pluie artificielle. L’appareil baptisé « Kisha », signification pour « métal » en langue Nso, augmente l’humidité de l’atmosphère, ce qui conduit à plus de vapeur d’eau dans l’air qui se condense et produit des précipitations.

L’appareil mesure 2 mètres de long et 4 mètres de large, et serait capable de provoquer des précipitations sur une zone de 5 000 m2. Il est constitué d’une machine électrique qui pompe l’air, d’un tuyau qui l’achemine vers le réservoir de compression, et de tubes qui transportent l’air du réservoir de compression vers un humidificateur.

Le Dr Venatius Wirkom Kihdze, connu localement pour ses découvertes sur les bactéries, la tuberculose et le paludisme, explique que lorsqu’il était plus jeune, il éprouvait l’envie d’aider les cultivateurs de légumes pendant la saison sèche.

Après de longues années de recherches, il a mis au point Kisha, un appareil qui permettra d’augmenter la production alimentaire dans les zones particulièrement touchées par la sécheresse ou la désertification.

Si cette invention est une première au Cameroun, des dispositifs similaires ont déjà été utilisés en Occident. Dans les années 50, ils étaient utilisés pour créer de la pluie dans les films. Au Japon et aux Émirats Arabes Unis, la pluie est souvent déclenchée de manière artificielle en période de sécheresse intense.

Ces machines fonctionnent selon un principe appelé ensemencement des nuages, qui consiste à provoquer une condensation autour de composés inorganiques (sels d’iodure d’argent), ce qui forme des grosses gouttes d’eau dont le poids provoque la chute.

La phase expérimentale terminée, le Docteur Venatius Wirkom Kihdze espère collaborer avec des acteurs des domaines agricole et environnemental en vue de vulgariser son appareil et éventuellement, décrocher des financements.

Ecofin

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus