A la Une Afrique Banques Finances

Les avoirs extérieurs nets de la CEMAC vont atteindre 5 mois d’importations d’ici 2022

Les avoirs extérieurs nets de la zone CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) devraient augmenter régulièrement à moyen terme pour atteindre l’équivalent de cinq mois d’importations de biens et services d’ici 2022, contre un peu plus de trois mois d’importations actuellement, selon des projections du Fonds monétaire international (FMI).

Ces résultats ont été obtenus grâce à qu’une application plus rigoureuse de la réglementation des changes et l’allègement de la dette déjà accordée aux pays de la CEMAC.

Au terme des récents entretiens annuels concernant les politiques communes de l’organisation communautaire et les politiques communes à l’appui des programmes de réforme des pays membres, le FMI a fait part de son optimiste quant à l’avenir de la CEMAC regroupant le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

Selon l’institution de Bretton Woods, l’application stricte de la réglementation des changes sur les flux privés et le rapatriement des avoirs extérieurs des banques, conjugués à l’aide budgétaire extérieure continue et à un allègement de la dette, ont déjà permis une augmentation des réserves extérieures en zone CEMAC, plus forte que prévu au premier semestre de 2019. En conséquence, l’objectif relatif aux avoirs extérieurs nets régionaux fixé pour juin 2019 a été dépassé de plus de 800 millions d’euros (environ 524 milliards FCFA).

« De nouveaux efforts d’assainissement des finances publiques, qui reposeraient principalement sur une hausse des recettes non pétrolières, réduiraient le déficit budgétaire régional hors secteur pétrolier de 1 point supplémentaire du PIB non pétrolier en 2020, ce dernier continuant ensuite de diminuer progressivement. Dans l’ensemble, le ratio dette publique/PIB continuerait de baisser pour se situer à 47% du PIB en 2020 et à moins de 40% d’ici à 2023 », a déclaré le conseil d’administration du FMI.

(Avec Ecofin)

Dans la même rubrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus